CHRONIQUE / REVIEW

iq

resistance

Releases information

Release date: September 27, 2019

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: GEP

From: Royaume-Uni / UK

9,6

Mario Champagne - October 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Je me rappellerai toujours du jour où, assis à mon bureau dans mon petit appartement d'étudiant, bossant sans relâche sur un ardu devoir de thermodynamique, j’entendis, sur la fréquence de la radio communautaire de Sherbrooke, les premières notes de « The Last Human Gateway », un album qui venait tout juste d'être lancé. Sous le choc de ce son et de cette voix incroyable, je couru le lendemain dans une boutique spécialisée dans l'importation du centre-ville pour mettre la main sur une copie numérotée de ce vinyle pour 40 dollars. De la folie à l'époque. Surtout quand on est étudiant universitaire et que chaque sous compte. Mais l’investissement en valait la peine, car mes nouveaux amis d'IQ m'ont accompagné pendant ces rudes années étudiantes, et depuis ce moment-là.

 

De la musique que personne n'aime, me disait mon entourage à l’époque. Mais toujours est-il que les formations qui squattaient le sommet des chartes musicales de vente de l'époque ont disparu, et que la bande d'IQ est toujours là ! Un groupe qui n'a cessé de se raffiner avec le temps et qui ne déçoit jamais ses fans.  Par suite du grand succès de « The Road of Bones » en 2014, la marche s’annonçait très haute pour le prochain album. Cet album avait fait l'unanimité et s'était hissé au sommet de plusieurs palmarès Prog. Une pénible attente de cinq ans, longueur cruelle, pour des fans exsangues en mal de sérotonine musicale et nous y voilà enfin. Le nouvel opus se présente avec bonheur et, inquiétude aussi, car nos amis ont de sérieuses obligations quant au résultat. L'inspiration n'a pas tiédit, je vous rassure. Le résultat est immense. Immense. Deux galettes, des heures d'écoute attentive à prévoir pour absorber ce fruit divin et analyser des textes qui ne font pas dans la légèreté.

 

« A Missile » porte bien son nom et atteint sa cible. Probablement, que ce titre porte le son le plus lourd qu’IQ ait produit depuis belle lurette. Ça va faire une sacrée pièce pour faire vibrer les cages thoraciques en ouverture de spectacle.  « A Missile », avec son intro de système « Dolby » de cinéma, annonce d'ores et déjà un grand spectacle. La voix de NICHOLLS est à son summum, diction parfaite, chaque mot s’entend, se mariant harmonieusement avec cette musique qui comporte évidemment tous les éléments de signature du son IQ; atmosphère sombre, passages « hard » et plus doux, des percussions démentes, des claviers symphoniques très « classe » et des chœurs fantomatiques. Tout y est. Du IQ, ça doit sonner comme du IQ. Cette arme de destruction massive est suivie de « Rise », avec un bel enchaînement, et une ambiance très cinématique, qui navigue dans les atmosphères de l'album précédent, mais le curseur de lourdeur a encore une fois été poussé vers le haut. Une écoute attentive vous permettra d’estimer la somme exponentielle des sonorités cumulées, de quoi faire titiller vos neurones, sans oublier tous ses chœurs synthétisés qui multiplient ces sensations de hantise.

 

IQ sait faire aussi dans le plus intimiste, et les claviers de DURANT nous bercent sur la première moitié de « Stay Down ». Après le calme, l’apothéose avec ses multi couches de synthés, et la basse invasive de Tim ESAU. Cette transition qui suit sur un mode plus épique est tout simplement jouissive, avec quelques passages subtilement orientalisant, et qui se confirme ultérieurement sur « Alampandria ». On y entend plein de choses, au début, mais pour moi, c'est le vent dans une contrée mystérieuse, qui s'apprête à me faire voyager très loin où il fera bon avoir peur. Il s’agit d’une belle démonstration musicale où l’on reprend des thèmes de la pièce d’introduction. « Shallow Bay » contraste immédiatement, avec ses passages calmes, très mélodiques, et il faut écouter attentivement les fûts de Paul COOK, sur ce qui pourrait être pour plusieurs, la deuxième meilleure pièce de ce premier CD. « If Anything », une autre de mes sections préférées, nous fait changer de registre, comme si on avait changé de band. Percussions et basse mènent le jeu avec de subtils claviers. Planante et légère. Dans un style proche de STRANGE ADVANCE par moment, lui conférant presque un aspect pop, se fondant progressivement dans un mélange de sons comme on entendait au début de « Fool's Overture » de SUPERTRAMP, avec une imposante finale où l’on se sent tomber dans la noirceur d’une grande cathédrale. Humour peut-être? La transition se fait avec une musique d'orgue de barbarie sur « For Another Lifetime », dans une exploration stylistique sonore inédite pour le groupe. Cette ambiance mystérieusement bizarre, à la théâtralité « d’Halloween avec une machine brisée » comme me faisait remarquer mon fiston de dix ans, n’est qu'un outil pour nous propulser sur une suite plus convenue à la puissance dithyrambique. Quelle richesse dans cette composition ! Ce premier CD s'écoute en boucle et à vrai dire, ce serait un péché de ne pas respecter l'agencement mis en place par cette équipe, car à mon avis, IQ tiens là son « Misplaced Childhood ». Tout se tient comme un puzzle très solide. Impeccable. Cela doit s’écouter comme un seul bloc.

 

On se rappellera que sur « The Road Of Bones », le disque 2 contenait des pièces qui juraient un peu par rapport au style du disque 1. Ici, je considère que bien c’est différent, car les pièces proposées ont une cohésion stylistique et se fondent dans l’esprit du premier disque. Ce deuxième album est aussi solide avec ses deux longues pièces épiques de 20 minutes. Avec « The Great Spirit Way », voyage garanti, la bande est inspirée, avec de multiples passages musicaux où chacun a la chance de briller dans cette boite à surprise multi facettes où une ambiance positive prend le dessus avec une finale bucolique à la guitare. « Fire and Security », courte, efficace avec une personnalité si distincte impossible de la confondre. « Perfect Space » vient s’encastrer finement dans la fin de la précédente, avec possiblement les passages de claviers les plus innovants de cet album. Sur « Fallout », un début dans la nature à la « Xanadu » de RUSH, une ambiance bucolique et NICHOLLS se montre émouvant. Un superbe mouvement de piano de concert s’installe au milieu de la pièce, une sonorité qui colle si bien à IQ, suivi de chœurs synthétisés.  Une pièce en montagne russes qui finit dans une ambiance féérique et cristalline.  Annonce-t ’elle la future direction d’IQ ? Le chant est apaisé, zen !  Mission accomplie les gars…Nous somme au paradis du Prog.

 

Cet album va absolument plaire aux fans de toujours. Espérons qu’IQ aura la chance d’en gagner d’autres car ils méritent tellement de reconnaissance pour leur professionnalisme.  Personnellement, je préfère « Resistance » à « The Road of Bones ». Plus abouti, alternant passages émouvants, plus intimes, et des explosions de puissance bien assenées aux bons moments. Un bel équilibre alliant d’intéressantes touches d’innovation sonore.  Paul COOK, à mon avis, n’a jamais été aussi en forme aux percussions. En fait, ils sont tous au « top » dans cette machine bien huilée. Si vous l‘écoutez, toute résistance sera futile ! Vous serez assimilés parmi les fans de toujours ! Sincèrement, une très pieuse, longue et heureuse écoute !

 

PISTES / TRACKS

 

CD 1

1. A Missile (6:39)

2. Rise (6:47)

3. Stay Down (7:53)

4. Alampadria (3:48)

5. A Shallow Bay (6:20)

6. If Anything (6:01)

7. For Another Lifetime (15:19)

 

CD 2

1. The Great Spirit Way (21:41)

2. Fire and Security (5:24)

3. Perfect Space (8:31)

4. Fallout (19:52)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Peter NICHOLLS - Vocals

Mike HOLMES - Guitar

Tim ESAU - Bass

Paul COOK - Drums

Neil DURANT - Keyboards

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019