CHRONIQUE / REVIEW

introitus

shadows

Releases information

Release date: June 14, 2019

Format: Digital, CD

Label: Bad Elephant Music

From: Suède / Sweden

9,3

François Marceau - August 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

À travers les ans on voit de temps en temps des familles musicales qui fleurissent au palmarès de la musique pop. Pensons aux frères Jackson, ou aux frères Hanson. Idem pour la famille Osmond qui comprenait non seulement les frères, mais la sœur aussi. Dans la musique rock, on voit plus souvent des duos de frères s’engager dans un groupe (OASIS, ACDC, STYX, pour ne nommer que ces deux-là). Mais qu’en est-il de la musique progressive? C’est beaucoup plus rare et inusité. Mais voilà qu’arrive INTROITUS avec un premier album en 2007. INTROITUS vit le jour en tant que projet familial en Suède en 1999. Le fondateur et compositeur principal, le claviériste MATS BENDER, commença par enrôler son épouse, la parolière et chanteuse ANNA JOBS BENDER, dans un projet musical qui l’habitait depuis les années 70. Enfin, lors que le temps vint pour enregistrer les pièces, les parents recrutèrent leurs enfants Mattias et Johanna et des amis pour compléter la formation. Le premier album fut si bien reçu qu’un second album suivit quatre ans plus tard, suivis d’une série de spectacles.

 

Douze années ont passé et les voici de retour avec leur quatrième album, « Shadows ». Après tant de temps hors du circuit musical, on s’attendrait à un album qui remâche les terrains déjà battus par cette formation musicale, mais ce n’est pas le cas ici. Le groupe n’a rien perdu de son inventivité, incluant même un accordéon comme instrument principal, donnant un résultat stupéfiant. Dès la première chanson, « Belong », le ton est donné : une basse et un clavier très Floydien, un rythme ferme entrecoupé de vagues luxuriantes d’orgue Hammond, et la voix d’Anna s’installe fermement au-dessus de la mêlée musicale. La seconde pièce, la pièce titre « Shadows », est introduite par un arpège de synthétiseur d’un rythme effréné, pour ensuite ralentir un peu au son de la guitare. Ici, Anna chante contre la différence, vantant le fait qu’à l’intérieur nous sommes tous pareil et qu’ensemble nous pouvons tout changer. La troisième pièce, « Beyond Fantasy », en est une principalement instrumentale pour piano et voix, et introduisant un solo d’Ocarina. C’est très réussi. La quatrième pièce, « Desperation », est la plus longue de l’album. Comme le titre l’indique, elle a pour sujet le désespoir que l’on peut lire sur le visage d’autrui. Une pièce très mélodique et variée, incluant plusieurs solos (claviers, guitares) et des harmonies vocales et des pistes de guitares émouvantes. Suit ensuite la pièce « Figures » qui se veut une suite instrumentale à « Desperation ». Elle est ponctuée de guitares, de solos de synthétiseurs et d’un seul petit refrain chanté au milieu de la chanson. D’ailleurs j’ai même cru y reconnaitre une mélodie semblable à l’ouverture de Subterranea de IQ à la minute 3:48. « My Hero », la seule balade de l’album, est une ode aux pères. On ressent l’amour qu’a Anna pour son père et son mari, et celui qu’a Mattias (le batteur, qui ici chante en solo pour la première fois sur l’album) pour le sien. « Awakening » termine l’album avec une pièce de plus de 11 minutes. Elle a une très belle introduction au piano, suivi d’une mélodie jouée à l’accordéon. Puis c’est au tour des autres instruments, avec un solo de guitare langoureux. Le rythme s’intensifie un peu plus et les solos d’instrument se suivent les uns après les autres. Au final c’est une pièce instrumentale qui finit malheureusement de façon moins puissante qu’elle n’aurait pu.

 

Au niveau lyrique, le thème qui ressort le plus de l’album est celui de l’isolement et de la peur d’un monde où les instincts humains les plus bas font un retour en force : la peur et la haine de l’autre, de la différence, et l’isolation des nations en clans. Les paroles, tout au long de l’album, invitent les humains à regarder nos similarités et non nos différences. L’Ombre du titre de l’album est vraiment l’ombre qui plane au-dessus de la Terre en ces temps incertains, et les chansons font office de guides sur comment se sortir de l’isolement, comment faire valoir les meilleurs anges de notre nature. C’est un album qui m’a plus énormément et qui restera sur ma platine encore pour longtemps.

 

PISTES / TRACKS

 

1. Belong (6:59)

2. Shadows (9:28)

3. Beyond Fantasy (7:04)

4. Desperation (13:17)

5. Figures (6:19)

6. My Hero (4:36)

7. Awakening (11:43)

Musiciens / MUSICIANS :

 

- Anna Jobs Bender – Vocals

- Par Helje – Guitar

- Mats Bender – Keyboards

- Linnéa Syrjala – Accordion, ocarina, chalumeau, and vox

- Denis Lindkvist – Bass

- Mattias Bender – Drums and vox

- Johanna Bender – Vox

- Martin Jobs – Vox (My Hero)

- Helena Tenstam - Flutes

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020