CHRONIQUE / REVIEW

ihlo

union

Releases information

Release date: May 31, 2019

Format: Digital, CD

Label: Self-Released / Auto-production

From: Royaume-Uni / UK

9,1

Mario Champagn - July 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

IHLO, est un groupe de métal progressif londonien qui nous présente leur premier album intitulé Union. Ce trio est composé de Phil MONRO, aux guitares, d'Andy ROBISON au chant et aux sons programmés et de Clark McMENEMY aux percussions. Quant à Connor MACKIE, il contribue à cet album par un solo de guitare sur la pièce « UNION ».  IHLO mélange métal progressif, musique électronique et ambiances « Pop », nous livrant ainsi une œuvre souvent pesante musicalement parlant, mais toujours mélodique et chargée d'émotions. Comme style, on flirte dans les ambiances HAKEN, DREAM THEATER et TESSERACT, avec un son « djent » bien présent. Quant au chanteur, il insuffle un style particulier avec une voix chaleureuse, très émotive, parfois plaintive gravitant dans les hautes.

 

Cet album débute en trombe avec la puissante pièce éponyme « Union », mélodique mais assez démente au niveau percussion. Passant de cordes cristallines à un « djent » musclé, créant progressivement un mur de sons, avec de la musique électronique en arrière-plan, une section plus intimiste avec la douce voix de ROBISON, et pour finir des riffs, des riffs et des riffs. « Reanimate » poursuit sur cette lancée, dans le même style, et ROBISON en profite pour faire étalage de ses capacités vocales. Il a du coffre et excelle dans les aiguës et possède une voix que bien des artistes devraient lui envier. Aux trois quarts, le mélange de clavier clairs et de guitares pesantes vaut le détour, et un refrain accrocheur qui ferait sûrement de ce titre une belle pièce pour la radio FM. Avec « Startseeker », nos amis démontrent qu'ils peuvent faire encore plus lourd, sur fond de musique électronique.  Après la tempête, une ambiance plus sereine s'installe, amenant vers une finale où l'on pourrait croire qu’il y a des influences de COLDPLAY. Avec « Hollow », on prend son souffle, car depuis le début, il n'y a pas vraiment eu de moments morts. Très beau titre que celui-ci avec son ambiance fascinante, ses effets de son en sourdine, et l'habillement global avec une multitude de sonorités. On se rend compte sur celle-ci de l'excellente qualité de la production car les sons les plus simples remplissent l'espace de notre imaginaire. Quant à la section instrumentale de la deuxième partie d’« Hollow », elle démontre les talents de compositeurs de cette équipe,  qui place ce titre parmi mes préférés de cet album. Jusqu'à maintenant, d'un titre à l'autre, nos amis élèvent la barre et ne déçoivent pas. « Triumph » monte en force dans un crescendo de musique électronique donnant lieu à des ambiances cinématiques et synthétiques semblant provenir d'autres mondes, martelés de battements de cœurs. Ce qui est incroyable, c'est qu'ils ne sont que trois. Trois pour tous ces sons. Avec la fin de l'album, arrive les deux pièces de résistance. « Parhelion », avec sa forte « intro » majestueuse bombardée de guitare « djent », est comme une mini-pièce épique, présentant plusieurs facettes, dont par moment, un chant presque pieux sur fond de basse saccadée, des passages métal à la « HAKEN », des ambiances planantes vous propulsant dans la stratosphère, tout en opérant parfaitement une transmission de charge émotive, grâce à ce chanteur sorcier sur qui il est impossible de dire du mal. Le dernier titre, « Coalescence », justifierais à lui seul l’acquisition de cet album pour quinze minutes majestueuses de bonheur où les musiciens démontrent l’étendu de leurs talents, avec un Prog puissant sur fond de musique électro saturant la zone audible, offrant parfois des fresques sonores d’un grand classicisme!

 

Quel album! Un album qui en donne pour son argent à l’amateur de riffs lourds mais pour moi, les moments les plus appréciables ne sont pas nécessairement les passages brutaux mais plutôt toutes les séquences où la voix du chanteur est mise en évidence dans des ambiances plus atmosphériques. Il s’y opère souvent une transmission de charge émotive assez intense. La musique est originale, dense et très travaillée, constamment ornementée de petits détails que magnifie l’excellente production et le bon mixage car malgré la déferlante des éléments, la voix reste toujours audible et contribue mélodiquement aux succès de chaque pièce.  Pour un premier album, ceci est drôlement intéressant et laisse présager un avenir très brillant pour cette formation. J’allais oublier, la magnifique pochette qui est toute une œuvre d’art, un plaisir pour les yeux. Bonne découverte!

PISTES / TRACKS

 

  1. Union (6:07)

  2. Reanimate (5:31)

  3. Starseeker (7:33)

  4. Hollow (6:58)

  5. Triumph (4:54)

  6. Parhelion (7:26)

  7. Coalescence (15:14)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Phil MONRO - Guitars

Andy ROBISON- Vocals, Sound Design

Clark McMENEMY - Drum

Connor MACKIE – Guitar Solo

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019