CHRONIQUE / REVIEW

howling giant

the space between worlds

Releases information

Release date: September 27, 2019

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: Blues Funeral Recordings

From: USA

9,0

Marek Deveaux -  December 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Bonne nouvelle ! Après deux EP, " Howling Giant "en 2015 et "Howling Giant Remastered " en mars 2019, et un  " Black Hole Space Wizard " de courte durée coupé en Part 1 et 2 sortis en 2016 et 2017, HOWLING GIANT vient enfin de sortir son premier album complet, " The Space Between Worlds "! Originaires de la plaque tournante et stratégique de Nashville dans le Tennessee, ces géants hurlants nous proposent du Stoner Prog mélodique. Cette galette nous guide dans une histoire fantastique au scénario de science-fiction pertinent et bigrement envoûtant. Il s'agit d'une fable animée par une chasseresse parcourant le monde infini dans des voyages métaphysiques créés par les rêves des hommes, le récit devient cocasse (si je puis dire) et délibérément humoristique quand un mangeur de rêves menace de démêler le tissu de la réalité en dévorant les rêveurs et en détruisant les passerelles dimensionnelles. Les tifosis inconditionnels nous diront que ce groupe porte ses influences auprès de TORCHE, KYUSS voire SLEEP, et seront attentifs au départ de ROGER MARKS (basse) et de l'arrivée de SEBASTIEN BALTES (basse/chant), ainsi que de la pochette réalisée par LINDSEY CAMELIO qui est également une superbe réussite ! Partageons ensemble ces rêves fabuleux et musicaux !

 

" Comet Rider " débute l'orchestration au complet par une charge lourde et appuyée avec un orgue en bruit de fond. Une voix claire aux articulations de BRIAN WILSON vient s'incorporer dans cette masse compacte pour se diriger alors clairement vers un style qui nous fera penser à du NADA SURF se fourvoyant dans une zone marquée par un Stoner puissant, entrecoupé de solos de guitare Heavy et intelligemment nuancés. Cet ensemble musical dont le poids approche désormais la tonne semble se noyer, oui vous avez bien lu, car la fin du morceau coule visiblement dans l'eau au sens propre... (8,5/10). " Nomad " reprend lentement la main mais plus lourdement, couplé à un clavier aux allures Pop et des chants de type Rock Alternatif psychédélique à la marque de RIDE. Des Riffs épais et des houhou nous rappelant  l'intro de " Gimme Shelter " des STONES viendront compléter cet amalgame d'influences parfaitement exécuté (8/10). " Ghosts In The Well " est le titre le plus court avec ses 2:43, l'orchestration s'est ici considérablement raccourcie avec une guitare acoustique, un piano et des choeurs aux reflets Folk et Celtes à la fois (7/10). Pour ne pas changer les bonnes habitudes " The River guide " nous propose d'emblée une entrée bodybuldée et dense, contrastée par des voix alternatives bien aérées, associées à des riffs psychédéliques d'une beauté rayonnante et réellement transportant. A 1:55 la guitare se ralentie d'un commun accord avec l'intensité générale comme pour nous promettre la  venue d'une mystérieuse allégresse dont le point culminant sera un passage " Floydien " circulant avec bonheur dans mes oreilles dilatées, mais malheureusement bien trop court pour un voyage profond et hypnotique... Le retour sur terre nous ramènera dans les traces d'un stoner à la KYUSS complétant admirablement cette boucle contrastée (9,5/10). " Ice Castle " est un savant brassage des genres enchevêtrant du Heavy des 70' style HENDRIX dénivelant sur du KRAVITZ; vocalement alternatif genre FOO FIGHTER à du Stoner bien surchargé façon THE SWORD, et accompagné par une batterie aux percussions métalliques bien intégrée dans ce titre hybride (8/10).

 

" Cybermancer And The Doomsday Express " est un pur morceau Post/Punk sautillant et rythmé à souhait qui nous fera penser à GREEN DAY jouant pour un petit comité. Une partie guitaristique phosphorescente et ardente composée de riffs et de solos éblouissants viendra s'intercaler dans cette zone spasmodique et rafraîchissante ! (8,5/10). " Everlight " donne la sensation d'être englué dans une contrée intemporelle à la fois brumeuse et lumineuse, cette sensation de demi éveil rassurant et musicalement chaleureux, élaboré par des chants bien articulés et profonds, une batterie partant dans tous les sens et cadencée avec merveille, une guitare Heavy remplissant ce paysage Stoner progressiste entrecoupée de solos à la texture vibrante et intense, quel pied ! (9,5/10). " The Orb " est un corpus des genres comme mentionnés ci-dessus, avec un ensemble qui intègre du métal bien massif à la sonorité d'un stoner progressif et répétitif, mais superbement aéré par des chants lumineux et invasifs où à mon sens le point de convergence de ce titre se situe à 5:40 avec une intensité jubilatoire qui pourra en faire frissonner plus d'un ! (8,5/10). Pour terminer cet excellent opus " Stone giant " déboule directement avec ses acoustiques typiquement stoner avec l'évidence que cet orchestre possède une réelle expérience éprouvée en la matière, nous démontrant également que le progressif est aussi une spécialité incontestable des Nashvilliens. Ici le répétitif est de circonstance, avec deux passages distincts, mélangeant une nouvelle fois l'alternatif pour les voix à de l'heavy métal tatoué par des solos de guitare rotatifs électrisants aux harmonies uniques, pour enfin aboutir et terminer cette oeuvre par un passage lent et pesant, mais progressif et parfaitement exécuté par ces hommes de pierre pilonnant intensivement cette partition ! (8,5/10).

 

Je suis un vrai adepte de stoner, de Rock alternatif et de métal, mais avant tout de musique progressive. Et là, vous l'aurez deviné tout est réuni ici pour faire de moi un nouveau vrai fan. HOWLING GIANT a réussi ce tour de force en dosant exactement tous ces genres avec un équilibre remarquable. De nous proposer une production soignée avec un mixage élaboré, de nous apporter des ambiances variées, des structures abstraites convaincantes, des voix à trois harmonieuses et musicales, bien contrastées à la sonorité massive ambiante. Les instrumentistes sont excellents, avec un claviériste nous proposant un orgue et des synthés bien savoureux, un batteur très présent partant dans tous les sens avec bonheur, un guitariste aux doigts de fée, avec des acoustiques dont les résonnances remplissent la scène de plénitude, et un bassiste qui nous fait entrer le stoner dans un art avéré. Je peux le dire, cet album m'aura transporté et fait voyager, j'ai découvert un stoner que je ne connaissais pas ou peu, car très varié mais surtout aérien avec de nombreux styles de lignes bien différents et innovants. Je vous conseille fortement de ne pas passer à côté de ces belles compositions, et de savourer ce stoner qui ne vous cassera jamais les dents. Bonne écoute !

PISTES / TRACKS

 

1. Comet Rider (04:30)

2. Nomad (05:10)  

3. Ghosts in The Well (02:42)    

4. The River Guide (05:43)

5. Ice Castle (04:37)        

6. Cybermancer and The Doomsday Express (04:04)

7. Everlight (07:57)

8. The Orb (07:08)

9. Stone Giant (06:17)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Howling Giant is:

Sebastian Baltes – Bass/Vocals

Tom Polzine – Guitar/Vocals

Zach Wheeler – Drums/Vocals

 

Additional Musicians:

Drew David Harakal II–Organ/Piano/Synths

Jason Shi – Additional Lead Vocals on track 5

Kevin “Big Business” Dempsey – Bass on tracks 1, 5, and 7

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019