PROFIL RAPIDE / QUICK PROFIL

MICHAEL GREGORY JACKSON CLARITY QUARTET

WHENUFINDITUWILLKNOW

7,0

Releases information

Release date: February 8, 2019

From: USA

Mario Champagne - May 2019

Michael Gregory Jackson est un guitariste de jazz contemporain qui œuvre depuis plusieurs décades sur le circuit musical, ayant collaboré avec une quantité incroyable de grands noms dont Mick JAGGER (ROLLING STONES), Nile RODGERS (CHIC, DAFT PUNK), Carlos SANTANA,  Steve WINWOOD (TRAFFIC),  Walter BECKER (STEELY DAN) et plusieurs autres. Avec plus de trente ans de carrière, il est considéré comme l'un des plus influents guitaristes de la scène new-yorkaise en ce qui a trait au jazz d'avant-garde, et pour plusieurs, il est le magicien de la guitare à six cordes. Ce guitariste enseigne également dans plusieurs universités américaines mais aussi au Danemark, au Conservatoire de Musique de Copenhague, d'où son association avec un trio d'artistes danois, pour un deuxième album avec ceux-ci, sous le nom de « Clarity Quartet ». On y retrouve Niels PRAESTHOLM à la basse, Simon SPANG HANSSEN au saxophone et à la flûte, et Matias WOLF ANDREASON aux percussions.

 

WHENUFINDITUWILLKNOW est un disque de pur jazz, et plaira immédiatement aux fans du genre, surtout si vous aimez le saxophone. La meilleure pièce selon moi est « Theme-X », la pièce d'introduction qui démontre une très grande précision et cohésion entre les musiciens, avec un sens presque pop. La section rythmique y est impeccable mais malheureusement trop masquée par le saxophone. Avec les pièces « Clarity – 3 et 6 » et « Spin », on sombre par contre dans un jazz plus expérimental et audacieux. Disons, que ce n'est pas pour toutes les oreilles. Sensation de chaos et cacophonie dans mon cas. Malheureusement, le saxophone prend trop de place et on en vient à perdre le fil des autres instruments. Avec « Blue Blue », on respire un peu mieux avec un son plus accessible. Une très bonne pièce aux accents de vieux western avec son rythme légèrement « blues ». Avec la pièce « Ah yay », très plaisante, on se pourrait se trémousser sur une plage à Copacabana. Un des bons moments de cet album mais un peu longue et répétitive. « Collectors of Social Dismay » s'engage sur une piste de mystères, plus sombre et sage. Sur « Souvenirs », le duel guitare saxophone sur fond de basse, est techniquement impressionnant. Pour compléter cet album, « Meditation in E », très accessible et plutôt calmante. Elle respire la zénitude. Comme une récompense pour la fin.

 

Je dois avouer que je ne suis pas un grand amateur de jazz expérimental. Ma faveur se portant surtout sur des choses plus calmes et conventionnelles dans ce style musical. Certains aspects rebutant des pièces expérimentales m'ont exaspéré. Rythmes saccadés. Sons criards. En revanche, les autres pièces sont pour la plupart intéressantes, en autant qu'on apprécie le saxophone.  La critique spécialisée du domaine du jazz a porté aux nues cette nouvelle sortie de M.G. JACKSON y voyant un nouveau chef d’œuvre du genre. Si c'est un style qui vous sied, il est fort probable, qu'il vous plaira pour ses compositions audacieuses et l'excellente performance des musiciens de ce Quartet. Bonne écoute !

 

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE)

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019