CHRONIQUE / REVIEW

emmett elvin

the end of music

Releases information

Release date: August 23, 2019

Format: Digital, CD

Label: Bad Elephant Music

From: Royaume-Uni / UK

7,7

Mario Champagne - November 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Le groupe KNIFEWORLD regorge de talents qui cherchent leurs voies pour exprimer leur vision de la musique. Après Kavus TORABI, le chanteur (GONG, CARDIACS, GUAPO) et Charlie CAWOOD, le bassiste (THE LOST CROWNS, MEDIEVAL BABES), voici le claviériste du groupe, Emmett ELVIN, (GUAPO, CHROME HOOF) avec son troisième album solo où celui-ci s'exécute sur la majorité des instruments en compagnie d'Alex THOMAS, percussionniste du groupe CHROME HOOF, et de Sarah ANDERSON au violon et à la viole. L'album est principalement instrumental, malgré quelques passages chantés par ELVIN, et sur certaines pièces, des voix invitées sévissent, dont sur « No Wonder » avec la voix d'ange d'Olga LISIKOVA et Eden BURKE sur « Everything Falls Away », qui contribue aux harmonies vocales.

 

Stylistiquement parlant, ce londonien fait dans l'avant-PROG, un mélange d'art-rock expérimental où les claviers sont bien présents évidemment, mais ELVIN excelle aussi bien, sur tous les autres instruments. Au niveau vocal, ses courtes présences laissent dubitatifs.  On dirait que la voix est en retrait par rapport à la musique, très maquillée techniquement, loin du naturel, et malheureusement, il n'est pas facile de saisir les paroles chantées. Du point de vue musical, la première chose que l'on peut dire, c'est qu'il ose. Il ose gravement.  L'album débute avec la pièce qui est à mon avis, la moins intéressante de l'album, « Know Nothing ». Drôle de choix d'ailleurs et prise de risque énorme, car elle présente un mur du son cacophonique, avec ses boucles répétitives qui se superposent, une polyrythmie invasive, une voix déshumanisée, où plusieurs harmonies en parallèle se combattent pour prendre la suprématie. Pas évidente à digérer et qui pourra sûrement en rebuter plus d'un, surtout comme première pièce. Mais, il y a beaucoup mieux par la suite.

 

Magnus Opium, avec ses superpositions de cordes vibrantes, de claviers et de percussions, est franchement réussie, légèrement jazzy par moment. Elle défile à un train d'enfer s’enfonçant dans un bourdonnement répétitif, accompagnée de percussions tribales très lourdes. Gros coup de cœur, « To Live And Die In Llangrannog », de la guitare acoustique en mode multi couches qui détone carrément par sa simplicité sonore, comparativement aux pièces précédentes, mais qui conserve un haut niveau de complexité au niveau composition. Très appréciable, car moins expérimentale et très mélodique. Par la suite, si on oublie « Tombstone », le court intermède psychédélique sans importance, la majorité des pièces présente des caractéristiques très intéressantes, dont « Wilson's Demise/ Through The Hoops » avec son xylophone de l’enfer. Un rythme hyper rapide, très mélodique mais chargée en différents styles, pop, rock, jazz et une finale classique mélancolique, typique d'un vieux film des années 50.  La seconde moitié de « Everything Falls Away » atmosphérique, cadencée par le clavier et la guitare charmeuse, vaut le coup. Ma préférence va à « Staggered » pour son aspect grandiose, calme et cinématique. Quel déploiement instrumental en multi couche ! Le reste de l'album se déroule dans la même veine et réserve son lot de surprise, avec des percussions déchaînées, des claviers polyrythmiques en boucles et des finales qu'on n'attendait pas. D'ailleurs, la deuxième moitié de cet album me semble beaucoup plus inspirée.

 

Ce qui est surprenant, c'est la finesse des compositions avec tous ces assemblages d'instruments, sachant qu'ELVIN a mis la main à la pâte sur la plupart. On a souvent l'impression qu'il y a un gros orchestre derrière tout cela pour générer ce mur de sons, mais, ils sont au maximum trois. Pour ce qui est de la voix d'ELVIN, pour ma part, dommage qu'il se cache derrière des effets spéciaux, mais cela dit, cela n'enlève rien au niveau de créativité présenté sur cet album. Le tout se montre intéressant et se révèle subtilement au fil des écoutes successives. Bonne découverte !

 

PISTES / TRACKS

 

  1. Know Nothing (4:46)

  2. Magnus Opium (5:34 )

  3. To Live And Die In Llangrannog (4:29)

  4. Tombstone (0:52)

  5. Wilson's Demise / Through the Hoops (7:07)

  6. Everything Falls Away (3:57)

  7. Staggered (3:46)

  8. Butterfly In The Labyrinth (7:04)

  9. No Wonder (5:38)

  10. The End Of Music (4:55)

  11. The End Of Everything (3:31)

  12. Everything Falls Away (reprise) (1:41)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Emmett ELVIN - 6 and 12 String Acoustic and Electric Guitars, Bass, Pianos, Synths, Organ, Vocals, Recorders, Casserole and Biscuit Tin

Alex THOMAS- Drums, Percussion

Sarah ANDERSON - Violin, Viola 

Olga LISIKOVA - Vocal

Eden DUKE: Harmony Vocals

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019