CHRONIQUE / REVIEW

earthkind

windswept

Releases information

Release date: October 18, 2019

Format: Digital, CD

Label: Auto-Production / Self-Released

From: USA

7,7

Denis Boisvert - December 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

EARTHKIND est le fruit du compositeur et musicien américain TONY PARSONS. Voici déjà son cinquième album intitulé ‘Windswept’. Dans un style mélodique puisant dans la gamme de groupes progressifs comme PORCUPINE TREE, DREAM THEATER et autres, l’album fait plus d’une heure et contient 17 pistes. Alors que son premier album était plus éclectique et offrait une belle fusion de style, ‘Windswept’ se veut plus résolument symphonique, voire cinématique dans son concept. 

 

Complètement instrumental et composé, joué et produit par un seul homme, ‘Windswept propose quand même une très belle trame mélodique, brillamment introduite par les trois minutes de la première pièce ‘Then and Now’: des violons languissants, un piano éthéré et une batterie un peu martiale. ‘Aiden’s Theme’ qui enchaîne est plus orienté sur un riff de synthé soutenue par un orgue jazz et une batterie rock typique puis une guitare simple. Bien fait, engageant et entraînant mais peu original. On note que les pièces principales sont entrecoupées par des courtes pièces avec des bruits ou des effets sonores pour soutenir le thème un peu martial de l’album avec ses références ‘au dernier soldat’. Je trouve cependant que cette recette d’alternance entre des segments courts d’ambiance et les pièces maîtresses (une recette qui revient souvent dans d’autres albums prog récemment) brise un peu le rythme de l’album et laisse une impression de décousu.

 

Comme toujours, les meilleures pièces sont les plus longues (long voulant dire ici 6,7 ou 8 minutes seulement!). ‘The Oncoming Storm’ est bâtie autour d’un motif de guitare et montre de belles variations de tempo et une belle énergie rappelant PALLAS par exemple. ‘The Fall of Vallopell’ a plus des allures de ballade mais se développe bien grâce à de très jolis synthés. ‘Nimbus’ est ma pièce préférée, elle ouvre sur un thème qui m’a rappelé URIAH HEEP puis se métamorphose plusieurs fois avec des moments un peu funk ou d’autres plus pop à la MOODY BLUES. Très intéressante dans son entièreté et une belle démonstration de composition progressive. ‘Run’ semble plus conçu sur un modèle ‘Emerson’ avec des ‘hammonds’ ruisselant et un train d’enfer. On ferme le tout avec la reprise du thème sur piano me rappelant ‘The Mountain’ par HAKEN.

 

En somme, on obtient un album très mélodique, d’écoute facile, très orienté sur les claviers et riche en découvertes. Comme beaucoup d’autres ‘one-man shows’, on notera que la batterie est fade et peu interactive. Je trouve aussi que ce style de prog mélodique symphonique est tellement plus riche avec un chanteur, autrement on tombe dans une impression de musique de film.  On appréciera quand même la musique, le jeu de clavier et le talent de composition de TONY PARSONS. Tout de même recommandé, surtout pour les amateurs de prog symphonique.

 

PISTES / TRACKS

 

1. Then and Now (2:54)

2. Aiden's Theme (5:18)

3. The Last Soldier I - Aftermath (0:49)

4. The Fall of Vallopel (6:52)

5. The Drowning Girl (1:34)

6. The Rescue (5:32)

7. Together Alone (2:44)

8. One Life (5:22)

9. The Oncoming Storm (6:01)

10. The Last Soldier II - Jailbreak (1:10)

11. Nimbus (8:18)

12. The Last Soldier III - The Escape (2:22)

13. Run (4:49)

14. The Shelter (2:42)

15. The Promise (1:56)

16. The Last Soldier IV - Hope's End (1:04)

17. Aiden's Theme (Reprise) (6:31)

 

Total Time: 65:58

Musiciens / MUSICIANS :

 

Tony Parsons: Acoustic and electric guitars, bass, drums, percussion, pianos, synthesizers, organs, strings, sound design, production

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020