CHRONIQUE / REVIEW

driving slow motion

arda

Releases information

Release date: June 7, 2019

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: Auto-Production / Self-Released

From: USA

7,7

Mario Champagne - Sept 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Voici une sortie peu banale et très planante pour ceux qui rêvent de s'envoler les yeux fermés avec les écouteurs sur les oreilles. En direct de Fort Worth, Texas, la formation DRIVING SLOW MOTION, qui à mon avis, aurait dû s'appeler PLAYING SLOW MOTION, ce qui aurait pu résumer en trois mots cette chronique. Heureusement la profondeur du contenu,  entièrement instrumental de ce premier opus, justifie amplement un effort littéraire clavardé. Le Quintet de musiciens de DRIVING SLOW MOTION comprend Carter STARK à la basse, Dustin WEAVER aux percussions, Bryan FREYMUTH, Jason REED et Nick VALDEZ aux guitares. Ceux-ci nous ont concocté un rock progressif expérimental, style « post-rock » et « ambient » sur cet album intitulé « ARDA », en l'honneur du nom donné à la Terre dans les récits de TOLKIEN (Voir le Seigneur des Anneaux). Ceux-ci voient leur démarche comme une quête, un voyage introspectif individuel pour chaque membre du groupe mais aussi collectif pour la formation. À l'écoute, on perçoit des similitudes avec des artistes comme Sigur ROS, TOUNDRA  et même THE CHURCH lorsqu'ils sont en mode instrumental.

 

Dès les premières notes envoûtantes de « Far From Home », on se croirait dans une berceuse hantée par des chimères, avec des effets d'échos, comme sur certaines pièces de DEAD CAN DANCE ou des COCTEAU TWINS, mais l'omniprésence des guitares nous amène dans le territoire du groupe australien THE CHURCH (ex : « Happy Hunting Ground » sur « Hey Day »). Vraiment, cette pièce est inspirée et chargée, en autant que vous puissiez entendre comme il se doit la garniture qui remplit le fond du décor sonore.  Une atmosphère mélodieuse et nostalgique, avec des cascades de notes de guitares. « The Way World Was », malheureusement trop courte, se montre intrigante dès le début. En quelques notes, une nouvelle atmosphère singulière est créée, nous amenant vers des riffs plus lourds. Pour ma part, la partie plus calme de cette pièce est plus intéressante que l'élan d'énergie qui suit, où les prouesses du batteur s'allient au mur du son des cordes électriques.  Je dois reconnaître que DRIVING SLOW MOTION possède ce don de la transmission de charge émotive.  Tristesse et mélancolie, dans un style de composition à la dramaturgie exacerbée comme sur « In Exchange Of A Memory ». Cinématique à souhait, racontant une histoire sérieuse et solennelle. Il en est de même pour « Of The Sea », « Hallowed Hills » avec son tempo militaire bien cadencé et « Laurelin », quoique cette dernière ouvre sur des airs majestueux et grandiloquents.

 

La très courte « Windows In A Stone », avec ses notes pures et fuyantes dans les réverbérations, démontre un style totalement épuré. Tout comme « All I See Are Stars », avec ses cordes cristallines. Mignonne mais peut-être un peu trop répétitive, car elle se termine sans vraiment avoir eu la chance d'exploiter son plein potentiel. « Shadow & Flame (The Deep Pt.1) » s'ouvre de manière inquiétante, comme un prélude à un film d'horreur. L'atmosphère est glauque, grâce aux vibrations des cordes, et le tout se déroule lentement, lentement.... Un post-rock bien assené par nos dramaturges en chef. L'album se termine avec « Dawn Voyage », qui transpire de tristesse, avec ses échos épurés de notes. On se croirait seul dans une énorme cathédrale. DRIVING SLOW MOTION présente son alter ego PLAYING SLOW MOTION sur cette dernière, mais c'est fait avec tellement de classe et de charme, qu'il ne faut pas prendre cela comme une insulte.

Malgré quelques passes répétitives, et l'atmosphère globalement intimiste de cet album, j'ai beaucoup apprécié. Il s'agit d'un album qui plaira à ceux qui prennent leur temps pour écouter de la nouvelle musique et de savourer les notes. Les pistes sont remplies de bonnes idées, de complexité et de simplicité où DRIVING SLOW MOTION excelle dans les moments de calme et de plénitude. On peut juste regretter que certains bons passages soient trop courts, et quelques bonnes idées qui peinent à lever. Malgré tout, je conserve une opinion plutôt positive pour ce premier essai et j'ai très hâte de voir, s'il y aura une suite. Bonne découverte !

 

PISTES / TRACKS

 

  1. Far From Home (06:09 )

  2. The Way the World Was (3:50)

  3. In Exchange For a Memory (5:22)

  4. Windows In a Stone Wall (2:22)

  5. Of the Sea (3:58)

  6. Laurelin (3:41)

  7. All I See Are Stars (3:12)

  8. Shadow & Flame (The Deep Pt. 1) (5:46)

  9. Hallowed Hills (3:41)

  10. The Dawn Voyage (4:41)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Carter STARK - Bass

Dustin WEAVER - Drums

Bryan FREYMUTH - Guitar

Jason REED - Guitar

Nick VALDEZ - Guitar

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019