PROFIL RAPIDE / QUICK PROFIL

disen gage

nature

Releases information

Release date: March 19, 2018

From: Russie / Russia

Alain Massard - July 2019

7,4

DISEN GAGE est une association de musiciens russes, Konstantin MOCHALOV et Anton EFIMOV qui arrive avec leur 5e album « Nature » à composer 3 titres à partir de bruits naturels. Ils ont pris comme référence une planète, des trains et des animaux.  Les sons retranscrits n’ont pas de basse ni de batterie, mais des échantillonnages de notes envoûtantes, créatives, électroniques, contemplatives et anarchiques. L’ouverture d’esprit est quasi obligatoire pour se lancer dans ce périple singulier et presque unique : on a des phases sombres, répétitives, des ambiances mixant psychédélisme et bruits naturels, on a des recherches sonores à la limite de l’entendable par instants, puis un son plus normalisé va redonner une quelconque continuité au titre exploré. Un peu de QUANTUM FANTAY, de OZRIC TENTACLES, de MIKE OLDFIELD, de TANGERINE DREAM dans leur phase la plus aventureuse et la plus dark peuvent y être décelés, LUSTMORD pour le côté obscur, répétitif et malfamé, j’irai même rechercher ce que faisait la FIRM (fondation internationale de recherche musicale) en son temps! Bref, on tape aussi bien dans le space rock que dans l’ambient, la noise, l’expérimental, l’industriel et l’avant-garde!

 

« Des textures complexes, des improvisations atonales, des rythmes et des riffs durs, des ambiances sonores douces, un grand sens de la mélodie, des aptitudes individuelles remarquables », voilà ce que j’ai pu trouver à juste titre sur une de leurs chroniques. Je prends cette phrase pour confirmer le fait que je ne suis pas le seul à trouver cet album purement singulier. « Planets » est le titre le plus construit avec enchaînements de bruits de l’espace voire de l’hyper espace emmitouflés dans des séquences atonales rendant un suivi aléatoire. C’est dur d’accès, plus facile à avaler au casque! Avec quelques écoutes l’oreille commence à y déceler un rythme, une trame provenant en théorie des orbites de Jupiter.

 

 « Trains » propose des sons de gare provenant des enchevêtrements des voies, du vent dans les rames, des freins, des vents qui s’engouffrent dans les souterrains de Moscou, c’est très angoissant et onirique : les sons musicaux sont là pour arranger et mixer le tout. « Animals » paraît plus facile d’accès avec des sons plus naturels, reconnaissables mais tout autant angoissants, sombres et austères : loup, ours, serpents à sonnette et insectes divers sont au menu et plein d’autre chose lugubre provenant d’un marais australien! Titre à ne pas écouter tout seul dans le noir sauf pour s’amuser à se faire peur! Ces trois titres de plus de 15 mn chacun, malgré mon explication sommaire, représentent donc un trip vers la musique archaïque de notre bonne vieille Terre, à un moment où l’homme semble n’être pas apparu ….ou déjà disparu; à écouter sans crainte pour ceux et celles qui sont atteintes d’un spleen immense; pour les autres, vous aurez droit à une musique de film inconnu, à une ambiance sidérale glaçante mais non pas dénué de sens.

 

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE)

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019