CHRONIQUE / REVIEW

disen gage

the big adventure

Releases information

Release date: February 14, 2019

Format: Digital, CD

Label: Addicted Label

From: Russie / Russia

8,7

Alain Massard - June 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

DISEN GAGE est un groupe, enfin une association de musiciens russes qui arrive avec leur 7e album à agglomérer; ambiances jazzy tirant sur le free, atmosphère festive, espace métal, accordéon argentin, carnaval bigarré de sons et la folie des sons entrecroisés.  DISEN GAGE c’est un voyage, une grande aventure qui déroute et des notes musicales de toutes couleurs. C’est un melting-pot de sonorités qui peuvent à prime abord faire peur tant les origines, les sons renvoient à des courants musicaux uniques, étranges, sidérantes et incroyablement fraîches. J’ai même lu ici et là « énergie phosphorescente lumineuse »! C’est par définition du "crossover" à l’état brut!  Je n'ai pas trouvé de groupes ou d’artistes pour vous guider sauf peut-être PANZERBALLETT ou BREGOVIC, pour leurs recherches singulières et bien avant AL DI MEOLA pour ses digressions de genre.

 

« Shiroyama » commence avec un son percussif touffu, un hymne de bande de film avec des bruits métalliques et froids et quelques notes de guitare pour une intro introspective. « Adventurers » guitare à nouveau et son accordéon pour un air manouche enivrant avec à la fin un air plus atmosphérique, déboussolant d’avoir été ajouté là. Très beau et innovant, nous laissant partir en bateau ou dans les cieux durant quelques instants. « Chaos point » arrive pour un rythmé bourrin, de la trompette (encore???).  Ces temps-ci les artistes se sont donné la gamme pour réutiliser ces instruments que je croyais mis au musée!  La basse est grasse et lourde, la batterie saccadée et métronomique.  Ça flirte un peu sur le jazz, sur les dérives « Red » de KING CRIMSON.  Il y a une coupure franche avec voix death hurlées (le seul moment chanté en fait) qui amène le … chaos.  Puis du piano ramène à une base plus simple tandis que la guitare sature à nouveau et une fin plus calme et un titre qui doit être domestiqué (personnellement j’ai passé de longs moments à essayer de le comprendre). « Enough » avec son ambiance post-spleen-lancinante et ses échos de guitare comme sur THE GUITAR ORCHESTRA (album de 91 à avoir chez soi) et ses overloops. D’OSI aussi pour le tranché doux-hypnotique et saccadé-voltaïque, puis la guitare reste frippienne jusqu’à l’arrivée d’un cello limpide et mélancolique appuyé par une batterie franche. Les deux complotant pour sortir un air saturé et entraînant, l’oxymore musical parfait. "All the Truths Meeting" déboussolant par son air de marche fruité me ramenant à BREGOVIC et son « temps des gitans » pour le son du gros tuba, c’est ainsi. 

 

S’ensuit une guitare espagnole, un accordéon synthé pour le défilé de la fanfare. « Selfish tango » d’où son nom pour un tango endiablé au xylophone (j’aurai vraiment tout entendu là!!), et où le deuxième air est plus nerveux avec guitare énergique, vibrante et des nappes de synthé. C’est presque hypnotique, endiablé, « crescendique » (oui il faut inventer des mots pour essayer de vous expliquer!), créatif sur. Et la petite fin déroutante elle aussi avec cet air plus rythmé sur une valse électrifiée. « Carnival escape » la plus longue et la plus sidérante pièce : écoutez là et pensez à James Bond, à Ennio Morricone, à « la croisière s’amuse », au carnaval de Rio, là l’orchestre synthétique fait son travail pour une note festive et déroutante surtout vers la fin avec une guitare cette fois plus sombre. « Fin » clôture ces 46’10’’ avec la fusion de toutes leurs idées plus ou moins contrôlées, on y trouve un piano doux amenant une guitare virevoltante jazzy, puis un air plus construit avec une belle montée solennelle, telle une marche (princière ou mortuaire!).  À ce moment précis et après quelques dizaines d’écoute, je commence à trouver cela beau.

 

Bon une conclusion est indispensable à cet album disponible en digital et CD. Au début, on peut penser à fuir tant les sonorités sont disparates, tant les instruments semblent éloignés du rock progressiste. On est bien en fait sur de l’expérimental prog qui peut sembler déjanté. Après réflexion et plusieurs écoutes, les thèmes proposés s’amalgament pour proposer un véritable patchwork progressiste, festif et endiablé. Ce qui est le plus surprenant c’est que cet album redonne de véritables lettres de noblesse aux instruments classiques utilisés, même si c’est par l’intermédiaire d’une programmation. La deuxième chose qui me vient à l’esprit c’est qu’il y bien une trame musicale dans cet album inclassable à écouter, rien que pour se décrasser les oreilles. L’engagement et l’innovation à leur maximum pour la peine.

 

PISTES / TRACKS

 

1. Shiroyama (2:31)

2. Adventurers (5:20)

3. Chaos Point (7:00)

4. Enough (4:38)

5. All the Truths' Meeting (5:24)

6. Selfish Tango (7:28)

7. Carnival Escape (8:57)

8. Fin (4:57)

Musiciens / MUSICIANS :

 

- Konstantin Mochalov / Guitar & sound engineering

- Eugeny Kudryashov / Drums

- Nikolai Syrtsev / Bass

- Sergei Bagin / Guitar & synth

 

Guests:

- Igor Bukaev / Accordion/button accordion in 2

- Ekaterina Morozova / Piano in 3 & 8

- Vasily Tsirin / Cello in 4

- Vadim Sorokin / Mixing all tracks, synth in 6 & bass in 8

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019