CHRONIQUE / REVIEW

detieti

in general terms

Releases information

Release date: December 31, 2015

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: Addicted Label

From: Russie / Russia

8,7

Mario Champagne - June 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Avec la moitié des titres écrits en français et la photo de Saint-Cousteau accueilli par des Wookies, le moins qu'on puisse dire c'est que les Russes de DETIETI essaient d'attirer notre attention. Comme Cousteau sondait les abîmes des océans, cette formation nous invite à visiter son abîme musical. Il faut dire qu'on fait face à un « OVNI » russe de nouveau genre. Classé dans la catégorie « Punk rock » progressif expérimental et « Rock in Opposition », ce quatuor moscovite nous invite au délire sonore de son univers musical avec ce quatrième album. Le groupe est composé de Han à la basse et au chant, Vanish à la guitare et au chant, de Viktor TIKHONOV au chant et aux percussions et de Peyote-R aux claviers. D'autres artistes invités se sont joints à cette fête démentielle: Ramille MULIKOV au saxophone, à la trompette et trombone, Roman KARANDAEV et Yan KARLIN au chant, Artyom LITVAKOVSKIY au violoncelle électrique  et Nikolai SARAMIN au synthétiseur.

  

 A l'écoute, on découvre rapidement que ces types pigent dans tous les styles possibles et imaginables. Point important avant d'aller plus loin: attention, vous allez rire car, dans certaines chansons, il y a des surprises de taille!  Avec « Comme Koktebel », on se dit que cette pièce aurait pu figurer sur la trame sonore de « Pulp Fiction » mais avec des sonorités vraiment plus modernes. La section cuivre de MULIKOW est fabuleuse. Rien de « Punk » là-dedans mais un éclectisme bienvenu et rafraîchissant où l'on passe par tous les styles, même pour un très court instant, à un point qu'on ne sait plus par où on est passé. Seul le chant fait très étrange, un genre de « growl reggae ». « Sucre Dans Rebelle » poursuit dans la veine « Pulp Fiction », mais en vraiment plus réussi et bien « heavy » par moment. Le chant est moins présent, plutôt des narrations en anglais dans un patchwork de thèmes, et de séquences sonores d'annonces publicitaires et de films. Totalement désarçonnant, et fabuleux. D'imaginer le travail que cela a dû nécessiter pour en faire quelque chose d'un peu cohérent fait vraiment peur. Sur « Madonna La Atomique », aux sonorités très 80s, où Donald Duck semble chanter sur des beats de « break dancing », et de caisses claires, de synthés à la Thomas DOLBY, suivi de cris « Punk » et du commandant Cousteau qui relate sa descente en sous-marin. Mort de rire alors qu'un personnage parle après avoir sniffé une « puff » d'Hélium. Et cerise sur le gâteau, les « Visiteurs » qui s'invitent. Quel bijou de folie, et tout cela sur un rythme absolument funky ! C'est la première fois que je pleure de rire en écoutant une chanson. Avec la suite, on a l'impression d'avoir changé d'album. Les trois premiers titres, très funky et accessibles, laissent la place à une énergie plus brute et musclée.

 

Le tout commence par un court intermède musical de transition, style cirque infernal, « Vstupka », très punk rigolo. « Putch » qui suit, ne se prend pas plus au sérieux avec son « Rock'n Punk », mais sur un ton plus ténébreux qui permet de « Growler » un peu. « Hominoid Relictum » trace sa voie dans une intro plus « heavy » métal mais malheureusement la suite se transforme en horde de chiens qui jappent pour se retrouver au jazz club du coin. DETIETI se rattrape au milieu de la pièce avec de superbes riffs « heavy », assaisonnés de francs «déconnages de tous les genres. Si vous en sortez indemnes, vous aurez quand même l'impression d'avoir fait un tour de laveuse en mode « spin ». Avec « Vada Vadu », on se tape un deuxième fou rire. Mais là, je vous laisse découvrir. Je ne dis rien, attendez d'entendre la fin. « Vous Vide - Azan Muazzin », s'élance sur des airs orientaux avec des appels à la prière, suivie de rythmes musclés et d'un ton toujours aussi déjanté. Avec « Zhek Zhmerek Zhesh », le chanteur a fait abus d'amphétamines, et si vous avez tenu jusque-là, vous devriez vous aussi en avoir besoin, car autant d'éclectisme devient totalement épuisant, mais heureusement une bonne partie de la pièce permet de reprendre son souffle, malgré des passages de chants catastrophiques. La dernière pièce « Zhek Zhmerek Zhesh », plutôt « space » expérimental au début fait penser à un gros « jam » expérimental où l'on croirait entendre une multitude de poules, assorti de séquences narratives en russe. Beau mélange ! Pour moi, la pièce la moins intéressante de cet album qui se perd dans sa longueur, mais c'est toujours un peu le risque avec les « jams ». Nos amis, pour nous faire un cadeau, ont inséré une pièce cachée, intitulée « Jam », qui est évidemment un « Jam », franchement plus réussi que le précédent mais il faut être fan de ce genre d’exercice pour apprécier.

 

Finalement, la charge mentale subite pour l'absorption de leur énergie est phénoménale et désoriente. Ils vous amènent sur un rail et changent constamment de train. C’est épuisant mais jouissif par moment. Les trois premières pièces sont vraiment excellentes. Je suis moins fan de certains passages très « punks » de la seconde partie mais insérés dans leur folie créative, cela passe quand même assez bien surtout quand on en rigole.  Auraient-ils inventé le « Punk Prog » humoristique ? Le « melting pot » d'influences et de styles ne peut que faire sourire et rend DETIETI des plus sympathique car on sent bien qu'ils ne se prennent pas au sérieux, surtout lorsqu’ils insèrent leurs voix bizarres de « cartoons » ici et là. L'usage des « samplings » sonores rend plusieurs pièces très accessibles et leur donne un cachet certain puisqu'ils semblent apprécier la langue française. Et la beauté des cuivres funky est un délice dont il ne faut pas se priver. Tentez le coup avec ce nouveau régime russe!   Rire fait maigrir ! Bonne écoute !

 

PISTES / TRACKS

 

1. Comme Koktebel (06:22)      

2. Sucre dans Rebelle (04:35)    

3. Madonna la Atomique (07:55)

4. Vstupka (01:12)

5. PUTCH (02:11)  

6. Hominoid Relictum (06:00)    

7. Vada Vadu (01:18)      

8. Vous Vide (Azan Muazzin) (02:23)   

9. Zhek Zhmerek Zhesh (03:47) 

10. Entliczek-Pentliczek (11:22)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Han - Bass, vocals

Vanish - Guitars, vocals

Viktor Tikhonov - Drums, percussion, vocals, samples

Peyote-R - Synths, samples

 

Guests:  

Ramille Mulikov - Saxophone, trumpet, trombone

Roman Karandaev - Vocals

Yan Karlin - Vocals

Artyom Litvakovskiy - Electric cello

Nikolai Samarin - Theremin

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019