CHRONIQUE / REVIEW

CYRIL

THE WAY THROUGH

Releases information

Release date: April 30, 2019

Format: CD

Label: Progressive Promotion Records

From: Allemagne / Germany

8,7

Patrick Cossette - June 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Deux chanteurs aux timbres de voix complètement différents. Des mélodies très agréables. Du saxophone. Voilà les trois principaux ingrédients de « The Way Through », troisième galette du groupe allemand « Cyril ». Ces ingrédients se mélangent pour nous servir un plat à saveur néo-prog/pop, légèrement teinté de jazz. « Cyril » est formé de quatre anciens membres du groupe « Gabria », auxquels se sont joints deux chanteurs. Malgré leur provenance allemande, ils ont choisi de chanter dans la langue de Shakespeare, et ce n’est pas du tout désagréable à l’oreille. Ils racontent sur cet album concept l’histoire d’un patient aux soins intensifs qui se retrouve entre la vie et la mort.

 

« The Gate » (9/10) ouvre sous une ambiance atmosphérique, avant de plonger tête première dans les riffs de guitare de Ralf Dietsch et les claviers typiquement néo de Marek ARNOLD. Pas trop lourd, c’est punché et très mélodieux. On se sent un peu en présence du Genesis du milieu des années 70, autant au niveau vocal que musical. La belle voix de Larry BRÖDEL rappelle Nad SYLVAN. Cette voix alterne avec celle, à des années-lumière mais tout aussi belle, de Manuel SCHMID. Puis les deux voix s’unissent avec brio pour le refrain. Ensuite, « My Own Reflection » (9,5/10) possède une mélodie instantanément mémorable. Quand j’en étais seulement à ma deuxième écoute, j’avais l’impression de la connaître depuis dix ans, au point où je me suis demandé si ce n’était pas une reprise; mais non! La première moitié de la pièce par sa structure et son style, pourrait facilement être diffusée dans une radio top 40 alternatif. Les quatre dernières minutes par contre sont instrumentalement prog : du saxophone, puis du piano, et de la basse qui vient appuyer la ligne mélodique, avant que la guitare enivrante ne s’invite pour un solo qui va se terminer sur une sonorité de violon. Très réussi.

 

La troisième chanson, « First Love (A Lullaby) » (8/10), présente un excellent refrain chanté par SCHMID; un refrain empreint d’une puissance à la « Southern Empire ». Malheureusement, j’ai enlevé quelques points à cette pièce car malgré la qualité de sa composition, les trois dernières minutes sont un peu redondantes, la même mélodie étant répétée ad libitum. Même si pendant cette finale, la guitare, qui augmente d’intensité progressivement, est agréable pour l’oreille et même si, pendant cette finale, l’objectif de te rentrer cette mélodie dans la tête est très bien atteint et que je la fredonnais le lendemain matin. « Get Up High » (8,5/10) est la pièce suivante. Légèrement jazzée, grâce entre autres au saxophone d’ARNOLD, elle est excellente. Au milieu de cette pièce se retrouve une portion instrumentale très prog (grand piano, claviers, guitare, dans l’ordre). Maintenant place à ma pièce préférée de l’album : la superbe acoustique « A Sign On The Road » (10/10), magnifiquement interprétée par SCHMID; que dire de plus, une pièce parfaite qui donne des frissons, où la voix du chanteur est mise en évidence pour notre plus grand plaisir. S’ensuit une autre pas piquée des vers : « The Wasteland - Home Again » (9,5/10). Un des titres les plus prog sur cet album. Une très réussie alternance entre les deux voix, ainsi qu’une longue section instrumentale savoureuse, tout en douceur mais avec un excellent jeu de la section rythmique menée par Clemens LITSCHKO (batterie) et Denis STRASSBURG (basse) – ce passage me rappelle un moment entendu sur le dernier « Mystery » - avant de reprendre le galop pour la finale. L’album se termine avec « The Way Through? » (8,5/10), une instrumentale qui reprend la mélodie de « First Love (A Lullaby) ». Ici, je trouve le résultat réussi. Pas de répétition des paroles, et les arrangements sont variés tout le long de la pièce; ses six minutes sont vite passées.

 

Un album donc excellent, avec une production de qualité et un sens de la mélodie remarquable. Un album sur lequel le saxophone confère aux compositions une touche jazzée, tout en conservant le côté mélodieux et accessible. Fortement recommandé!

 

PISTES / TRACKS

 

  1. The Gate (5:45)

  2. My Own Reflection (6:45)

  3. First Love (A Lullaby) (8:18)

  4. Get Up High (8:40)

  5. A Sign On The Road (4:32)

  6. The Wasteland - Home Again (5:53)

  7. The Way Through? (6:14)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Larry BRÖDEL - Vocals

Manuel SCHMID - Vocals, keyboards

Marek ARNOLD - Keyboards, seaboard, saxophones

Ralf DIETSCH - Guitars

Clemens LITSCHKO - Drums, percussion

Denis STRASSBURG – Bass guitar, programming

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019