CHRONIQUE / REVIEW

tRKproject

Kay & Gerda

Releases information

Release date:

May 28, 2020

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Lynx Records

Pologne / Poland

Alain Massard - July 2020

9,3

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

tRKproject est un groupe du claviériste, compositeur et auteur des groupes FRAMAURO et surtout MILLENIUM. Il sort ici son 4e album un opus à double tranchant car double album à deux voix, l’une par Karolina la divine, l’autre par David, de la formation Fizbers. Ryszard KRAMARSKI, dont j’avais chroniqué son dernier opus, persiste dans ses orientations musicales ciblées sur CAMEL pour les lignes mélodiques, MARILLION et PINK FLOYD pour les développements des soli et un peu d’ALAN PARSONS PROJECT pour le côté pop-prog song; “Kay & Gerda” est à mon avis son CD le plus progressif et mélodique à ce jour, il reprend en musique le conte “The Snow Queen” de J.Ch Andersen; mais bon je vous laisse m’accompagner avec moi au moins en mots pour savoir de quoi il retourne finalement.

“The Shards Of Glass” débute sur un air me rappelant “MrScrooze” pour la sonorité et la voix de Karolina, titre symphonique en soi avec grosses caisses classiques, instrumentation d’orchestre et air sombre, lourd, passant du spleen à l’ouverture avec un solo digne d’un GILMOUR, titre qui s’étend sur un long crescendo. “Gerda’s Song” arrive avec la plus belle chanson de l’album, je m’explique: ici c’est juste mais c’est aussi énorme, un copié-collé d’un titre du PINK FLOYD avec la voix de David et les solos à rallonge, sur le CD1 c’est surtout la voix qui m’a fait fondre. Un titre de plus de 8 minutes où l’on ne voit pas le temps passer, un signe! “Garden Of Oblivion” arrive et met l’accent sur les parties de clavier de Ryszard agrémentées d’un solo de guitare toujours pointu; à noter ici sur l’un ou l’autre CD la voix enchanteresse de Karolina; l’air semble couler de source, emmenant de ci, de là toutes nos pensées vers un univers de paix, oui le spleen a disparu pour sortir un message de bonheur, de béatitude.

“The Crow And The Castle“ le seul instrumental et le plus court titre, reprend cet air lancinant avec des sonorités arabisantes, comme lors de son précédent album; une montée hypnotique s’ensuit mettant en transe potentielle; j’y retrouve avec la guitare un peu du développement de “The Snowman” repris par RAINBOW ou NIGHTWISH au début, mais ça part après sur un côté plus enjoué.

“Little Robber Girl” survient et change de rythme, plus rapide, plus nerveux, plus dynamique; partie vocale qui se retient facilement au départ, break majestueux avec piano clair, guitare acoustique pour marquer encore plus le coup, les synthés magiques, aériens font irrémédiablement penser à ceux du regretté R. Wright et il faudra un solo limite hard, mais qu’est-ce que je l’aime ce solo, pour briser l’apparence. “Long Way North“ arrive avec une superbe intro, sombre et mystérieuse, puis le piano, le synthé, oui on sait qui orchestre aux manettes, puis un melting-pot sonore où l’air part un peu dans tous les sens, doux, délicat au départ puis un peu de redondance avec un refrain accrocheur, une énième déclinaison dur “The Snow Queen”, beau, froid, mélancolique et aérien; il y a du son des derniers PINK FLOYD là-dedans. “Snow Queen’s Palace” vient ici terminer l’album avec une mélodie imparable, que ce soit accompagné de la voix féminine de Karolina ou celle masculine de David. La composition parvient à combiner une rythmique de base souple, enjouée à des développements instrumentaux mélodiques mais avec forte montée ‘crescendique’ évitant de sentir une quelconque répétition, ici je retrouve par instants les plus belles finales symphoniques de BARCLAY JAMES HARVEST. La symphonie permet à mon sens de faire partir dans un monde de toute beauté, important durant ces heures sombres virales.

Bon, tRKproject est toujours selon moi le Side-project de MILLENIUM, mais il se pourrait très bien qu’il devienne plus reconnu prochainement du fait d’une musicalité presque parfaite: rien de vraiment extraordinaire, mais rien de moyen et de convenu! Ici, les mélodies s’enchaînent et vous entraînent dans un maelstrom onirique musical intense, bien mélodique, bien symphonique et juste ce qu’il faut comme mouvement progressiste; il n’y a pas de moments innovants purs, mais de réel passage où les clins d’oeil aux grands groupes se font jour; un disque qui se magnifie avec l’écoute différenciée de Gerda et Kay. Pour les amoureux de belle musique progressive on est en plein dedans, donc ne boudez pas votre Plaisir.

    Disc I - Gerda vocal by Karolina Leszko
    1. The Shards Of Glass (7:10)
    2. Gerda’s Song (8:35)
    3. Garden Of Oblivion (6:20)
    4. The Crow And The Castle (3:44)
    5. Little Robber Girl (6:46)
    6. Long Way North (6:07)
    7. Snow Queen’s Palace (8:05)

    Total Time 46:47

    Disc II - Kay vocal by Dawid Lewandowski
    1. The Shards Of Glass (7:10)
    2. Gerda’s Song (8:35)
    3. Garden Of Oblivion (6:20)
    4. The Crow And The Castle (3:44)
    5. Little Robber Girl (6:46)
    6. Long Way North (6:07)
    7. Snow Queen’s Palace (8:05)

    Total Time 46:47

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Ryszard Kramarski (Millenium) - Keyboards, acoustic guitars
Marcin Kruczek (Moonrise, Nemesis, Hipgnosis) - Guitars
Grzegorz Fieber (Loonypark, Padre) - Drums, percussion
Krzysztof Wyrwa (Millenium, Metus, Jerzy Antczak/Georgius) - Bass
Karolina Leszko - Gerda vocals
David Lewandowski (Fizbers) - Kay vocals

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020