CHRONIQUE / REVIEW

Tom Doncourt & Mattias Olsson

Cathedral

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

December 10, 2020

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Independent

Suède / Sweden

Alain Massard - December 2020

8,4

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Tom DONCOURT était, c’est la première fois que cela m’arrive de le dire, un organiste, mellotroniste ayant créé l’ossature de CATHEDRAL prenant comme référentiels les groupes KING CRIMSON, YES, GENESIS ou GNETLE GIANT, jouant des sons majestueux comme aimait à le dire Tom. Il a composé aussi personnellement, aidé en cela par Mattias OLSSON d’ANGLAGARD sur des sonorités plus intimistes l’amenant à du rock symphonique atmosphérique agrémenté de touches modernes. Sons maintenant stockés dans ses mellotrons. Cathedral est né, pied de nez entre son groupe d’origine et celui de Mattias qui s’est chargé de le sortir dans la veine de son esprit. C’est parti pour disséquer cet opus singulier.

« Poppy Seeds Intro » pour une intro chakra aérienne, éthérée sur des voix de là-haut. « Poppy Seeds » sur un air d’ENO ou des BEACH BOYS, piano ambiant, bien méditatif et à la limite du spleen. « Chamber » sur une comptine instrumentale génésisienne à la guitare acoustique puis déviation synthés divers qui va lorgner du côté d’un KING CRIMSON enragé avec son mellotron imaculé; à noter la harpe de Stina égrenant ses notes entre deux rythmiques thrakéennes. Pour l’instant c’est rapide comme titres. « #1 » et la première des deux grandes pièces pour une improvisation glaciale titanesque engagée, rompant avec les titres précédents, suintant de mellotron et de claviers sur une rythmique assourdissante; une variation sombre, sinistre et inquiétante, l’aura de fin de vie? Survient une coupure franche pour le dernier tiers avec une ambiance calme et retour final comme à l’introduction.

« Tower Mews » et un titre aérien, éthéré encore pour la beauté des notes de piano, comme un titre prémonitoire sur une fin de vie, titre ô combien sidéral et chaleureux. « Today » pour un morceau avec pads en avant, rythme syncopé et métronomique, plus un intermezzo selon moi. « Poppies in a Field » pour le second plus long titre avec des guests comme Anna, Hanna, Stina et la voix de Tom stridente, un peu déplacée au vu de la beauté des notes mais aidée par la voix angélique et enfantine d’Akaba; la rythmique froide de Mattias va de pair avec les notes glacées et chaleureuses de Tom. « The Last Bridge Organ » pour le dernier titre instrumental sur le mellotron, une ode à l’espoir, à l’espérance, juste un peu de beauté glaciale. « Pop » en bonus track pour un voyage dans l’univers sombre et glacial du grand nord avec son vent froid, ses trombes de neige et sa chaleur réconfortante au coin du feu, près de la fenêtre; un instrumental progressif dans l’âme qui vaut bien plus qu’un simple bonus, le dernier titre de cette collaboration entre deux grands messieurs de la musique, où la batterie rend hommage à l’orgue et vice-versa.

Un album excentrique, électronique, rythmique, 6 titres courts joués comme des vignettes, des lorgnettes, 2 longs rappelant les longues tirades musicales de Stuart John Wolstenholme dont il avait repris un de ses instruments et les sons remplis de spleen du roi cramoisi. Tom est parti et Mattias pense qu’il serait content du résultat final. Un album un peu difficile à l’écoute de prime abord mais qui risque de vous faire pleurer pendant ces rudes soirées d’hiver; un album intimiste introspectif déroutant par l’association du doux et du brut, émotion garantie.

    1.Poppy Seeds Intro (0:59)
    2. Poppy Seeds (2:05)
    3. Chamber (3:36)
    4. #1 (10:38)
    5. Tower Mews (2:01)
    6. Today (1:24)
    7. Poppies in a Field (12:34)
    8.The Last Bridge Organ (2:36)
    9. Pop! (bonus-track) (5’57)
    Total:41’50’’

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Tom Doncourt:
Mellotron 400, Chamberlin M1, Moog 15 modular, Hammond Organ, Grand Piano,
Yamaha CS-30, Ondéa, Bird Organ, Wurlitzer Electric piano, Clavioline, Hammond Solovox

Mattias Olsson:
Drums, Tuned, untuned and detuned percussion, Electric guitars,
Baritone guitars, Wurlitzer electric piano, turntables, Speak & read, Vako Orchestron,
Optigan, Gizmotron, Chamberlin Rhythmmate,

Guest musicians:

Hampus Nordgren-Hemlin: Electric Bass, Additional electric and acoustic guitars, Fender VI, Jenco and Schiedmayer Celestes, Vako Orchestron, Hohner Bass 2, Hohner Guitaret, Omnichord,
Jerry Jones: Electric sitar
Akaba: Vocals
Stina Hellberg Agback: Harp on Poppies
Hanna Ekström: Violiin and Viola on Poppies
Anna Dager: Cello on Poppies