CHRONIQUE / REVIEW

The Opium Cartel

Valor

Releases information

Release date:

June 05, 2020

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Apollon Records

Norvège / Norway

Philippe André - June 2020

8,4

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Troisième épisode pour THE OPIUM CARTEL, « side project » initié par Jacob HOLM LUPO, plus connu pour être le leader emblématique de WHITE WILLOW, combo scandinave à la beauté ténébreuse et un peu dépressive. Ici, nous sommes dans un registre complètement différent, une sorte de pop sophistiquée et synthétique comme un avatar d'Alan PARSONS, du TALK TALK le plus popisant ou de THE BLUE NILE.

Ce troisième album d'OPIUM CARTEL se veut ouatiner et rêveur, un opus basé sur l'enfance et la jeunesse, et par conséquent, l'insouciance qui va avec. HOLM LUPO a par ailleurs utilisé sur ce "Valor" une pléthore de synthétiseurs purement « eighties » comme l'Oberheim Matrix-6 et le plus connu, le Yamaha DX7, que nombre de formations utilisaient à l'époque. La pochette de l'album est une photographie prise par le légendaire Glen WEXLER, qui a réalisé des couvertures de disques pour VAN HALEN, RUSH et des dizaines d'autres. La séance photo a eu lieu dans le studio personnel de Glen WEXLER à LOS ANGELES, avec la collaboration de membres du CIRQUE DU SOLEIL.

Difficile de déterminer les morceaux suprématistes sur cet album car pour moi ils sont huit sur neuf plaisants ou très plaisants. Le seul pour lequel je trouve une faiblesse est le titre conclusif "What's It Gonna Be", reprise du groupe de hard "rauque" RATT, populaire surtout aux ETATS UNIS dans les années quatre-vingt, quatre-vingt-dix et même deux mille, tout ça...et qui existe encore aux dernières informations. L'affriolant "In the Streets" qui ouvre le disque avec le chant enfantin de Silje HUBELOER et le saxophone déluré d'Ilia SKIBINSKY demeure après moults écoutes, l'un de mes titres favoris avec le troisième, "A Question of Re-Entry" instrumental (mis à part des voix off) à connotation tour à tour psychédélique puis space rock, que n'aurait pas renié un Roger WATERS inventif, et carrément rock n'rollante dans sa partie terminale.

Nous mettrons aussi en bonne place de nos suffrages, la cinquième plage "Under Thunder", très énergique, et la suivante, la très symphonique et évanescente "The Curfew Bell", en rappelant la globalité du plaisir à l'écoute de ce disque ; alors les grincheux dont je fais parfois partie (mais pas ici) diront que cette musique proposée par Jacob HOLM LUPO n'est pas du rock progressif. Nous dirons donc, pour ne froisser personne, que c'est une oeuvre aux frontières du progressif et qui reste bien plus progressive que certaines parutions à tendance métallique comme nous en rencontrons beaucoup trop depuis quelques années.

Celles et ceux qui ont aimé dans les années quatre-vingt des formations comme BERLIN ou MISSING PERSONS, (je dis cela pour les vocaux essentiellement), trouveront aisément leur bonheur avec ce troisième album réellement plaisant de THE OPIUM CARTEL, aux limites de la musique progressive néanmoins.

    1) In the Streets (4:55)
    2) Slow Run (5:30)
    3) A Question of Re -Entry (6:06)
    4) Nightwings (4:37)
    5) Fairground Sunday (2:36)
    6) Under Thunder (5:21)
    7) The Curfew Bell (3:35)
    8) A Maelstrom of Stars (6:40)
    9) What's It Gonna Be (5:20)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Jacob HOLM LUPO: Various instruments

With The Help from:

Silje HUBELOER: Lead vocals on tracks 1,2,5,6
Ole OVSTEDAL (SPIRITS OF THE DEAD): Guitar and bass guitar
Bjorn RIIS (AIRBAG): Lead guitar on tacks 3 and 8
Lars Fredrik FROISLIE (WHITE WILLOW, LINGUA MORTUA): Drums
Ina A: lead vocals on track 4
Leah MARCU (TILLIAN): Lead vocals on track 7
Maria GRIGORYEVA: Strings on track 7
Ilia SKIBINSKY: Saxophone on track 1
Alexander STENERUD: Lead vocals on track 9

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020