CHRONIQUE / REVIEW

The Flowers of London

The Trouble With England (Part 1)

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

August 18, 2020

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Independent

Royaume-Uni / UK

Denis Boisvert - December 2020

9,0

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Voici un album qui ne vous laisse pas indifférent. Un nouveau projet, venant d’un musicien de carrière, NEASDEN NEV, qui, entre autre, faisait les claviers pour le groupe punk irlandais LIGHT A BIG FIRE. Se voulant résolument un album de protestation envers la corruption politique, l’avarice des riches et les TRUMP et JOHNSON de ce monde, l’album est une collection de chansons puissantes et variées dans un style assez unique. Les influences sont subtiles mais bien présentes. Le GLAMROCK est là bien sûr, BRIAN ENO, DAVID BOWIE, LOU REED viennent à l’esprit. Il y a de beaux passages PROGROCK classiques puisant dans GENESIS surtout, mais il y a aussi des réminiscences des BEATLES, et des influences alternatives des années 80 (REM, THE DECEMBERISTS). Il faut voir vraiment écouter cet album comme on ouvre une boîte de chocolats assortis.

‘One-Eyed Man’ intrique d’entrée de jeu, solide, expressif, des claviers à la TONY BANKS et un ‘beat’ qu’on pourrait trouver sur les albums solos de PETER GABRIEL. ‘TORQUEMADA & THE FAMILIARS est un opus un peu plus hermétique dans le style ENO. ‘Crazy Day’ est une courte ballade de piano lente et accrocheuse. ‘On The Run’ commence simplement mais devient rapidement un hymne rock des années 80 de grande beauté. Après un intro de bruits carillon industriel ‘Roundabout’ est un autre beau morceau lent et triste. ‘Did You Really Have To Do It’ est le morceau le plus long à 7 minutes surtout instrumental avec des orgues en arrière-plan et une trame symphonique. Très expérimental mais superbe dans son originalité et ses qualités émotives.

‘When We Were Young’ est sans doute un clin d’œil au passé mais sur un air de pop rock à la BOWIE on greffera plein de passages de claviers délicats. Un autre de mes favoris. ‘Varying Degrees of Solid’ est le morceau le plus prog du lot, mellotron, envolées symphoniques, un tour de force de styles tout en restant cohérent. L’intro de bruit est trop longue NEASDEN! On finit avec une chanson à boire, accordéon, dans pub, en chœur et capturant l’énergie du peuple mais détonnant un peu avec le reste.

NEASDEN se révèle comme un compositeur de grande qualité et son exploration musicale est à la fois simple et complexe et éminemment poignante. On entend toute son expérience mais c’est surtout au niveau du message que l’album frappe un grand coup. C’est vraiment une musique qui dit des choses et parle du ressenti. Et il faut croire que l’artiste n’en a pas terminé avec nous car il promet de continuer de vouloir résoudre le problème avec l’Angleterre avec deux autres albums subséquents, les parties 2 et 3. Vraiment une découverte et un groupe à suivre. Fortement recommandé si vous aimez le progressif éclectique.

    1. One-Eyed Man (3:27)
    2. Torquemada & The Familiars (6:41)
    3. Crazy Day (2:56)
    4. OnThe Run (4:09)
    5. Roundabout (3:24)
    6. Did You Really Have To Do It? (6:59)
    7. When We Were Young (4:40)
    8. Varying Degrees of Solid (4:44)
    9. In Days Yet To Come (2:56)
    Total 39:51

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Leigh Scratch Fenlon: Electric Violin
Neasden Nev: Vocals, Keyboards, Guitars, Bass Guitar, Drums, Percussion, Programming
Rog Patterson: Electric 12-String Guitar, Acoustic Guitar