CHRONIQUE / REVIEW

Ruphus

Flying Colours

Releases information

Release date:

August 7, 2020

Format:

Digital, CD, Vinyl

Label:

From:

Karisma & Dark Essence Records SA

Norvège / Norway

Mario Champagne - July 2020

7,1

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Voici la cinquième réédition d'album du groupe norvégien RUPHUS, produite par KARISMA Records, concernant cette fois-ci l'album de 1978 qui fut publié pendant l’âge d'or du disco, et qui représenta, comme on le sait, une période difficile pour tous les artistes caractérisés progressifs. Ceux qui ont suivi les chroniques précédentes savent que cette formation est passée par de nombreuses métamorphoses aux niveaux effectifs et genres musicaux. Mais avec « Flying Colours », on retrouva la même formation que sur « Inner Voice » de 1977, ce qui donna un premier signe de stabilité depuis leurs tout débuts. Et cette stabilité se ressent comme une suite de l’album « Inner Voice », livrant toujours un genre de Jazz Rock Fusion, plutôt funky avec une mince couche de sons d'inspiration « Disco » pour coller avec les succès des artistes de cette époque, ce qui fait que parfois cela peut sonner « daté ».

Même si on s'éloigne encore du genre rock progressif, il n'en demeure pas moins que cet album contient quelques pièces intéressantes, qui devrait réjouir ceux qui se sont procuré jusqu'à maintenant, l'ensemble de ces rééditions. Pour les non-initiés, ce ne sera pas gagné, et ce dû principalement aux tonalités surannées, penchant vers un son plus commercial, éloigné du Prog, comme mentionné précédemment, mais aussi s'éloignant du Jazz pur. Assis entre deux chaises !

Cet album débute avec « Footlovers Diet », avec laquelle j'ai eu très peu d'atomes crochus. Très funky, trop peut-être, avec un petit son de clavier sautillant nerveux et irritant, donnant un genre d'hybride disco rock, desservi par une voix caractéristique de fumeuse, qui se trouve à être ce qu'il y a de mieux sur ce passage. Pour ma part, la plus faible de l'album, sonnant hyper datée. Cependant, comme pièces d'intérêt, l'instrumentale « Frysja » se démarque avec son rythme débonnaire « funk », lent, parfois très lent, sans complexité, ce qui pourrait être son plus grand péché. « Early Riser » s'élève très bien au début, avec ses élans de guitare, suivi d'une Dame LILLEGARD en grande forme, ce qui fait que ce titre sort du lot, agrémenté de plaisants passages de piano. Sur la pièce titre de l'album, encore une fois cette chanteuse sauve la mise avec ses «la la la». Un titre au beau développement complexe qui reste intéressant pour ses passages de guitares et ses juxtapositions incessantes de multiples notes sautillantes, ce qui en fait une des meilleures de cet album et qui reste dans la lignée des productions des deux derniers albums.

« The Rivulet » beaucoup plus jazz, est dominé par le chant LILLEGAARD qui roule parfois les « r ». Ce titre est agrémenté de passages de violon de Trond VILLA, un artiste invité pour cet album, et qui donne tout son caractère à l'ensemble quoiqu'à mon avis, ce violon fut sous exploité. Avec « Joy », au rythme rapide, l'accent est mis sur une profusion de notes de claviers, un chant joyeux et une orientation à visée très commerciale.

Pour ma part, ma pièce préférée de cet album, est la dernière, « Moody Moments » qui marque au compteur plus de neuf minutes, soit une suite en trois parties, avec de relaxantes sections acoustiques, suivi de claviers à la STYX, époque « Babe », et de la voix d'ange de cette Dame, qui s'amuse parfois aux bruits de bouche. Il y a profusion de polyrythmie dans le jeu des guitares et des claviers, livrant ainsi quelque chose de « fun » et intelligent.

Dans l'ensemble, "Flying Colors" est un bon album de Ruphus, mais sans plus car inégal. On ne peut pas crier au génie, malgré quelques passages vraiment intéressants tel que cité précédemment. Les « complétistes », adeptes de RUPHUS, et les amateurs de Jazz léger y retrouveront le son « fusion » caractéristique des deux derniers albums. Mais provenant d'une autre époque musicale mal aimée, les adeptes de sons nouveaux pourraient, j’imagine, y rester indifférent. Quant à moi, la voix de Sylvi LILLEGAARD est une valeur sûre pour laquelle je ne me lasse pas. Bonne écoute !!

    1. Footlovers Diet (3:54)
    2. Frysja (4:07)
    3. Early Riser (4:09)
    4. Flying Colours (6:12)
    5. The Rivulet (4:39)
    6. Joy (4:20)
    7. Moody Moments (9:23):
    - Part One: The Moment (1:42)
    - Part Two: Gloom (2:33)
    - Part Three: Exaltation (5:08)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

- Sylvi LILLEGAARD -Vocals and Percussion
- Kjell LARSEN - Electric and Acoustic Guitars
- Jan SIMONSEN – Backing Vocals, Keyboards, Piano, Synthethizers and Clarinet
- Asle NILSEN - Bass
- Thor BENDIKSEN – Drums and Percussion
- Trond VILLA - Violin

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020