CHRONIQUE / REVIEW

Rick Wakeman

The Red Planet

Releases information

Release date:

June 28, 2020

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

R&D Multimedia

Royaume-Uni / UK

Philippe André - July 2020

9,5

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Ceci n'est pas une blague, je répète ceci n'est pas une blague : voici venir en ce début d'été 2020, le quatre-vingtième album de Rick WAKEMAN sous son nom et je ne parle que des albums studios ! 1973 - 2020 quarante-sept ans de carrière, presque un demi-siècle et nous voici face à un monument...

Mais il est fou le chroniqueur là ! Imaginez-vous bien que non ! Avec "The Red Planet" Monsieur Rick WAKEMAN et son ENGLISH ROCK ENSEMBLE vient ni plus ni moins de nous pondre le magnum opus de sa carrière ! Je pourrais arrêter ici ma chronique car tout est dit......Le sujet en lui-même n'est pas d'une folle originalité tant l'être humain a été de tous temps fasciné par la planète MARS.

Rick commence très, très fort avec le subliminal "Aseraeus Mons", titre court (tout est relatif, un peu moins de six minutes), que dire si ce n'est que nous avons ici le premier sommet du disque (il y en aura d'autres), allez hop (10/10) et c'est amplement justifié. Un peu différent "Tharsis Tholus", plus rentre dedans, au moins entre 1:41 et 5:00, met évidemment le maitre de céans à l'honneur, quel déluge claviéristique, si vous voulez écouter du synthétiseur à profusion, restez là (9/10), le solo de moog de la troisième minute est d'enfer !!! Nous passons par "Arsia Mons" qui met en exergue les talents des musiciens qui accompagnent Rick WAKEMAN dont le fantastique bassiste qu'est Lee POMEROY (rencontré dans le passé outre avec THE ENGLISH ROCK ENSEMBLE, avec ARCHIVE, HEADSPACE, STEVE HACKETT, ELECTRIC LIGHT ORCHESTRA...et bien d'autres), ce titre sera le plus technique de l'oeuvre (beau travail également de Dave COLQUHOUN auteur d'un très épuré phrasé de guitare entre 1:00 et 3:00) puis prenant sa six cordes électrique au mitan de la pièce avant un retour à l'acoustique, un petit (9/10) car il est difficile de faire moins...

Le Mont Olympus maintenant, titre le plus court de l'album, encore Lee POMEROY qui bétonne d'entrée de jeu, bien aidé par son compère aux futs, le peu connu Ash SOAN passé auparavant par la nébuleuse NO MAN, le titre le plus rock que nous rencontrerons durant les cinquante-cinq minutes du disque, aéré en son milieu par un solo d'orgue d'église d'abord (un instrument qu'affectionne particulièrement Rick WAKELMAN) puis un dévastateur solo de moog (8/10), malgré sa qualité, la plage que j'apprécie le moins de l'album, certainement pour son versant très rock ? La cinquième plage "The North Plain" ou comment calmer le jeu ou plutôt les sensations de l'auditeur avec une entrée en matière toute en douceur avant le déchainement organique qui va suivre et toujours cette paire rythmique au firmament (POMEROY et SOAN, ouh là là !!!), qui précède le ressac avec plages de claviers en nappes comme l'on dit et re, la base rythmique et l'orgue d'église avant un ultime et convaincant solo de Dave COLQUHOUN......(9/10).

Nous en arrivons au dernier tiers de l'album avec les trois plus longues pièces (deux de sept minutes avant la dernière qui dépasse les dix minutes) ; "Pavonis Mons" sera le titre le plus accessible pour le non fan de base (ce que je suis à l'origine ndr.), une ritournelle gracieuse comme une danse un peu bossa, un peu tango, un peu gigue, un peu quadrille, foncièrement originale et d'une mémorisation aisée, j'ai apprécié car c'est une pièce qui sort des sentiers battus (8/10).Que dire de "South Pole" ? Oui la planète rouge a des pôles, comme notre bonne vieille terre. Un morceau, tout en délicatesse avec le piano en valeur ajoutée, très calme, l'un des plus calmes du disque, écoutez la quatre cordes de Lee POMEROY en introduction (un régal) un morceau d'un niveau mélodique à en tomber à la renverse, un sommet, l'art musical à son meilleur, probablement ma préférée de "The Red Planet" (10/10). Pour le long titre conclusif “Valles Marineris”, il n'y a plus rien à ajouter, nous sommes au nirvana (Non Kurt ne revient pas !), un tableau d'une splendeur musicale hors normes (10/10).

Divine surprise donc que cette planète rouge présentée par Rick WAKEMAN, une oeuvre purement instrumentale comme tout le monde l'avait compris qui nous fait voyager loin et hors du temps, la bande son idéale de nos rêves musicaux de 2020.

    1. Aseraeus Mons (5:52)
    2. Tharsis Tholus (6:16)
    3. Arsia Mons (6:10)
    4. Olympus Mons (5:20)
    5. The North Plain (6:53)
    6. Pavonis Mons (7:13)
    7. South Pole (7:35)
    8. Valles Marineris (10:02)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Rick Wakeman: Keyboards
Dave Colquhoun: Guitars
Lee Pomeroy: Bass guitar
Ash Soan: Drums

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020