CHRONIQUE / REVIEW

Quel Che Disse Il Tuono

Il Velo Dei Riflessi

Releases information

Release date:

March 20, 2020

Format:

Digital, CD, Vinyl

Label:

From:

AMS Records

Italie

Serge Marcoux - April 2020

8,4

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Ce que le tonnerre a dit. Cette phrase n’est pas que le titre d’un chapitre du livre « The waste land » du poète, dramaturge et critique littéraire renommé, T.S. Eliot. Une fois traduite en talien, elle devient QUEL CHE DISSE IL TUONO et elle devient franchement musicale. Les amateurs de rock progressif italien, notamment ceux du Québec, se souviennent de FRANCESCA ZANETTA et de ses cinq années avec UNREAL CITY. Après tout, ce groupe a fait trois concerts au Québec dont deux prestations remarquées et chaleureusement saluées au festival Terra Incognita. Depuis son départ du groupe en 2018, elle a uni ses talents à ceux de ROBERTO BERNASCONI, basse et chant, et ALESSIO DEL BEN, batterie et voix au début de l’année dernière. Rapidement le trio est complété par NICCOLÒ GALLANI, claviers, flute et voix. Ce dernier membre fait également partie d’un autre groupe bien aimé au Québec, soit CELLAR NOISE. Question de rehausser l’assaisonnement musical, CLAUDIO FALCONE le chanteur de la plus récente édition d’ALPHATAURUS est venu prêter ses divers talents vocaux pour le premier disque du groupe.

« Il velo dei riflessi », le voile des réflexions, est un album concept qui traite de la schizophrénie latente chez les humains via une métaphore avec les miroirs. Chacun des quatre premiers morceaux corresponds à un écart de la personnalité mais ils constituent néanmoins une partie essentielle de l’individu qui doit les accepter. C’est ce que décrit l’ultime pièce. Pour ajouter encore plus d’éléments à la sauce progressive, on ajoute l’utilisation d’instruments vintage, FRANCESCA joue d’ailleurs sur une Fender Stratocaster 1972, de longs segments instrumentaux et une importante présence des claviers. Mentionnons l’omniprésent orgue Hammond, notamment sur « Il Paradigma Dello Specchio » et « Loro Sono Me » ou sur « Figlio Dell'Uomo », avec une petite touche LE ORME des débuts. Il y a aussi le très jouissif mini-moog qui vient chatouiller régulièrement nos oreilles de la bonne façon, « Il Paradigma Dello Specchio », « Figlio Dell'Uomo » et « Il Bastone e Il Serpente » sont de très bons exemples. Que dire de toutes ces sonorités de mellotron ! Ainsi, sur la plus courte pièce, la très belle ballade « Chi Ti Cammina Accanto? », vous penserez un peu à l’utilisation scandinave de ce divin instrument. Si vous y ajoutez la délicate intervention de la flute, le chant émotif de BERNA et un joli solo de FRANCESCA pour clore alors vous avez de biens beaux moments musicaux. Les quatre autres morceaux ont près de dix minutes ou les dépassent. Le mellotron viendra vous caresser les oreilles sur « Figlio Dell'Uomo » ou sur « Il Bastone e Il Serpente » avec un je ne sais quoi de MUSEO ROSENBACH, ainsi que sur ma pièce favorite et la plus longue « Loro Sono Me ». Ce morceau solide, ou le rock tient son bout, offre un festival de claviers, une solide présence de la guitare, y compris un tantinet hispanisante, et des vocaux prenants. La finale est particulièrement grandiose jusqu’au coup de tonnerre qui met le point final à l’album tout comme il avait commencé.

Le quartet milanais réussit donc son envol. « Il velo dei riflessi » s’inscrit dans la longue et belle tradition du rock progressif italien. On y retrouve tous les éléments connus, changements de rythmes, élans symphoniques, mélodies captivantes et l’utilisation des instruments caractéristiques au genre. À mes yeux et mes oreilles, l’utilisation du chant italien est un atout et s’inscrit dans le respect de cette tradition. Dommage que les bouleversements que nous connaissons cette année fassent en sorte que nous soyons privés de leur prestation scénique. La scène est un lieu particulièrement propice pour apprécier le prog offert par la mouvance italienne. Souhaitons que ce ne soit que partie remise. Entretemps, savourez cette cinquantaine de minutes qui s’écoute si bien qu’elles semblent bien plus courtes.

    1. Il Paradigma Dello Specchio (Primo Specchio) (9:13)
    2. Figlio Dell'Uomo (Secondo Specchio) (9:23)
    3. Chi Ti Cammina Accanto? (Terzo Specchio) (5:43)
    4. Il Bastone e Il Serpente (Quarto Specchio) (10:36)
    5. Loro Sono Me (Catarsi) (13:45)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Francesca Zanetta: Guitar, add. keyboards
Roberto “Berna” Bernasconi: Bass and lead vocals
Niccolò Gallani: Keyboards, flute and vocals
Alessio Del Ben: Drums, add. keyboards and vocals
With
Claudio Falcone: Vocals and vocals harmonization

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020