CHRONIQUE / REVIEW

Qamar

Todo Empieza Aqui

Releases information

Release date:

July 1, 2020

Format:

Digital, CD

Label:

From:

Mylodon Records

Espagne / Spain

Mario Champagne - September 2020

8,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Étrange nom que QAMAR pour cette formation de rock progressif andalouse, originaire plus précisément de la province de Cadiz, composée de Mario BOCANEGRA, Selu ALBAGA, Alex ALVAREZ et Javi PAZ. Derrière ce nom se cache une superbe symbolique. « Qamar » est un mot arabe qui signifie lune, mais c'est aussi le nom d'une magnifique esclave de Bagdad, il y a donc très longtemps, célèbre tout comme Shéhérazade pour ses chansons et poèmes, et qui charma par son talent le seigneur de Séville, Ibrahim Ibn HAYYAD, qui fut conquis par sa grâce, et qui l'amena sur ses terres andalouses, d'où la raison de la jolie dame sur la pochette du disque en hommage à celle-ci. Par « Tout commence ici », (le titre espagnol se traduit ainsi), débute l'aventure du groupe, et de mon point de vue, c'est vraiment la classe, car celui-ci invite l'auditeur au voyage et au dépaysement dans une contrée riche d'une culture forte et fière.

Un son indubitablement espagnol mais aussi symphonique, doux, vibrant, frappant, appuyé par une ribambelle de collaborateurs, pour ses huit titres publiés par une enseigne chilienne, soit « Mylodon Records », résultant d’amitiés intercontinentales. D’ailleurs, cet album a été enregistré en Andalousie et à Tijuana au Mexique. Un son plein de modernité, assemblant les stylistiques des expériences musicales de chacun de ses membres, soient rock, progressif, métal, folk et flamenco tout en conservant des racines profondes des groupes espagnols des années 70. Il faut savoir que le claviériste provient d’une formation hommage à TRIANA.

L'album est principalement instrumental, sauf sur deux titres où l'on découvre la voix chaude de Candela GALAN, en espagnol et en arabe, ce qui accroît le niveau d'exotisme et cela se présente tout en douceur et mélancolie. Le ton de l'album est plutôt enjoué et « folk » même si à l'occasion les musiciens y vont de quelques élans musclés en mode « Prog » métal. En fait, tout se fait en délicatesse, car les compositions prennent leur temps, pour insérer ici et là des passages délicieux de flûte, de violon et de saxophone, sans oublier des sections typiquement flamencos, ce qui est évidemment de mise vu l'origine du groupe.

Plusieurs titres se démarquent, dont « Faraón », dans une ambiance de charmeurs de serpents, proposant un néo « Prog » folklorique arabisant ! Et j'adore ! Et cela se poursuit avec une rythmique intéressante au niveau des interactions entre la basse, les percussions et la guitare avec le titre « A Través del Camino », qui nous amène un saxophone rugissant comme je les aime. Un titre énergique qui bouge qui devrait mériter en premier votre attention si vous cherchez à en savoir plus sur ce groupe. « Guadalate » est certainement celle qui affiche le caractère le plus hispanisant, et se montre rayonnante de joie, à en faire sourire. « Exodo », ouvre avec un style « heavy métal » très « eighties ». Et là aussi, on remarquera la qualité des interactions entre les percussions et la basse, qui sont notables et appréciables. Après ce départ exaltant en brutalité, le son évolue vers un rock moins agressif, plus néo progressif avec des nappes de claviers et un jeu de guitare plus planant, mais pas trop.

Avec « Lydia », plus douce et intime, la sensibilité du groupe se révèle. Pas besoin de casser des milliers de briques pour impressionner. Un dialogue délicat entre guitare et piano, sur fond de pincement de cymbales, qui évolue doucement pour prendre un second souffle. Personnellement, ma pièce préférée de cet album grâce à la délicatesse et l'intelligence engagée dans cette composition. « Estupendo ! » Avec « As Bruxas » le chœur se lance dans des incantations, premiers signes de voix, et premiers signes de flûte enchanteresse au son très particulier. Un titre qui défile à vive allure, où les claviers règnent en roi. Et étonnamment, à certains courts endroits, j’ai pensé à la bande sonore de Flash GORDON de QUEEN. En boni, il y a d'excellents passages de guitare acoustique au son très cristallin, et la voix de Mme GALAN qui résonne d'un timbre fragile avec un léger grain charmeur, similaire à celui de Susanna Hoffs, la chanteuse des BANGLES. Une voix charmante qui mériterait plus d’exposition sur de subséquents albums de QAMAR, si elle reste évidemment dans le giron de cette formation. Ce titre se termine sur une finale aérienne et noble, tout en délicatesse et dignité comme le fait souvent THE CHURCH. Avec la pièce « QAMAR », guitare flamenco et électrique nous ramènent au « Moyen-Orient » andalou, avec un rythme dément, et des saxophones tout aussi rugissants. Ici, chacun a sa chance de briller en solo pour quelques instants, et cet assemblage donne un titre réjouissant dans une toile sonore en multicouches au développement complexe. Violon, flûte, saxophone et guitare flamenco s'insèrent dans ce bijou avec une grande aisance. Je me suis régalé. Pour conclure, « Añoranza », où la chanteuse raconte intensément plus qu'elle ne chante, et je suis tombé sous le charme.

Pour moi, cet album constitue une grande surprise. Dès la première écoute, tout m'a plu, et les écoutes successives m'ont laissé entrevoir la profondeur et la délicatesse du travail derrière tout cela. Un album qui se dévoile progressivement et qui s’insérera insidieusement dans votre subconscient. Ceux qui apprécient les pièces de « Prog » des années 70, bien rythmées, avec des lignes de basse hypnotiques, des sons de guitare cristallins, des percussions claires et très perceptibles, avec plein de changements de tempo et cachant une instrumentation riche et variée, vont trouver leur bonheur dans cette œuvre qui sort de l'ordinaire. Une carte postale andalouse qui n'attend que votre investissement en temps. Titres préférés : « Lydia », « As Bruxas », « QAMAR ». Bonne découverte !

    1. Faraón (5:20)
    2. A Través del Camino (4:42)
    3. Guadalete (3:31)
    4. Éxodo (8:52)
    5. Lydia (6:54)
    6. As Bruxas (10:32)
    7. Qamar (6:30)
    8. Añoranza (3:00)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Selu ALGABA - Bass
Alex ALVAREZ – Guitars, Spells and Choirs
Helena BOCANEGRA – Spells and Choirs
Mario BOCANEGRA - Drums
Miguel BOCANEGRA - Flamenco Guitar
Candela GALAN – Lead Vocals, Spells and Choir
Clara GARCIA – Spells and Choirs
Javi PAZ – Keyboards
Laura ROMANI - Violin
Pepe TORRES – Saxophone and Flute

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020