CHRONIQUE / REVIEW

Project: Xanadu

Reflections of Past Transgressions

Releases information

Release date:

May 24, 2020

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Records DK

Pays-Bas / Netherlands

Alain Massard - July 2020

8,3

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

PROJET : XANADU est un groupe plus qu’un projet de deux compères ayant commencé à jouer il y a bien longtemps. Voilà, vous savez déjà que ce n’est pas le prototype archaïque du web dont j’allais vous parler! Ce n’est que récemment qu’ils ont eu enfin l’idée ingénieuse de se lancer dans la réalisation d’un album. Un album singulier à la croisée de diverses tendances, un son propre qui donne à envie de s’y plonger. Une sonorité qui va sur les terres de pas mal de groupes ciblés et énoncés ci-après.

« Well of Silence » attaque doucement sur une composition me rappelant SHADOW GALLERY, un titre varié, bien touffu avec basse bien en évidence et instrumentations pointues dans la seconde partie. Un titre qui met l’eau à la bouche du fait d’une sonorité surfant entre néo-prog et métal prog mélodique, la basse me rappelant un peu celle de Steve HARRIS, le solo de guitare jouissif. « I Have Been » sur la basse en entrée, pour amener un air basique, un titre à l’origine en instrumental, la voix est douce, posée avec choeurs, morceau qui peut rappeler aussi par instants les progressions d’ENCHANT, ici c’est encore à mi-parcours que la dérive progressiste apparaît, devenant même un peu atmosphérique, la voix continuant à tisser la trame.

« In the Shadows of Reminiscence » avec piano pour un thème similaire avec guitare, basse et synthé, air plus mid-tempo au début qui dérive progressivement sur du RUSH ou du DREAM THEATER des débuts pour la section rythmique, donc léger bémol pour un air un peu vintage; second break vers les 7 minutes puis retour au refrain, pour info, je suis bien la même personne qui vais dormir chaque nuit dans les bras de Morphée, puisque questionnement lyrique sur notre façon de nous endormir! « Fragile Questions » pour une intro au clavier, superbe mais trop courte pour un titre assez convenu malheureusement, il faudra attendre le solo de synthé pour s’évader réellement avant le retour de la voix un peu criarde.

« Counting the Days » pour un morceau qui peut bluffer, la voix plus torturée, plus néo, pouvant vous faire penser un peu à celle de FISH, ce qui donne un cachet plus intéressant, de même qu’une voix parlée en plein milieu, là je pense à FATES WARNING et encore SHADOW GALLERY, un titre qui dénote de ses prédécesseurs en proposant une bonne expérience musicale progressiste, en bref c’est varié et jouissif. « While the World Turns » poursuit dans la même lignée, il faut à nouveau s’habituer à la voix monolithique au début, mais des bruitages, des sons phrasés viennent donner un piment à cette pièce à tiroir un peu plus difficile d’accès, le plus est bien selon moi ces discours de fin de titres qui se la jouent… en solo vocaux, excellent morceau oui. « No More Doubts » et son intro la plus longue pour le titre le plus court calme, flûte, tambour militaire et là voix douce d’Arthur pour une dérive un peu spleen et aérienne; on est presque sur une romance moyenâgeuse là, la voix est ici la mieux placée.

« Castles » avec intros de cloches, de vagues de marée, juste assez dans la mouvance prog pour démarrer la pièce épique, bon si je vous dis encore SHADOW GALLERY pour les breaks, l’utilisation de la guitare rythmique, les montées progressives et les claviers secs et incisifs, vous allez peut-être me croire un peu. Cette pièce vaut son pesant d’or à ce moment précis où l’on s’est accoutumé à la voix, les instruments peuvent essaimer leurs notes de part et d’autre, j’y retrouve pas mal des synthés métalliques d’ARAGON à nouveau. A noter un cor à mi-parcours instituant un break singulier, puis de la flûte amenant une ambiance plus vintage et permettant de poser et de donner un point de repère.

PROJET : XANADU est un groupe dont l’album est assez singulier : j’y note de bonnes parties instrumentales, de bons moments progressistes, une voix travaillée par moments rappelant les chanteurs de néo des 80’s. Par moment, le son est un peu convenu et répétitif et les accords semblent se chevaucher les uns aux autres. La voix en général est monolithique et souffre de ce ton un peu monocorde; si vous l’avez intégrée, ça passera facile sinon cela risque de vous rester un peu dans les oreilles, enfin cela n’est que mon avis; un bon côté c’est l’amalgame de sons provenant de l’époque des 80’s et des 90’s ensemble. Vous avez maintenant tout ce qu’il faut pour vous faire votre idée propre.

    01. Well of Silence (10:23)
    02. I Have Been (07:17)
    03. In the Shadows of Reminiscence (10:05)
    04. Fragile Questions (05:37)
    05. Counting the Days (08:11)
    06. While the World Turns (07:32)
    07. No More Doubts (04:29)
    08. Castles (15:45)
    Total:69’19’’

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Mirko Pelgrom: Musical arrangements, guitars, bass, drums, keybords, mandolin
Arthur Van der Meulen: Vocals, choir, sighs and whistles
Josh Plotner: English horn, flute

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020