CHRONIQUE / REVIEW

Ozone Park

Planetarium

Releases information

Release date:

August 30, 2020

Format:

Digital, CD

Label:

From:

Independent

Italie / Italy

Mario Champagne - December 2020

8,3

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

La formation OZONE PARK est née en 2016 de la rencontre de musiciens italiens participant à un colloque de Jazz à New-York. Sympathisant et partageant leurs idées, ils décidèrent de monter ce projet musical, qui donna naissance à leur premier album en 2017, « Fusion Rebirth », et pour lequel ils choisirent comme nom de formation OZONE PARK en l'honneur d'un arrondissement du « Queens » à New-York où ils ont séjourné et développé leur œuvre. Quatuor devenu trio, on y retrouve le claviériste Giuseppe CHIRONI, le multi instrumentiste Gianluca COSSU et Alessandro MASALA à la batterie. Ils reviennent au-devant de la scène en 2020 avec « Planetarium », une œuvre jouant dans les eaux du rock progressif instrumental-jazz-fusion et avec quelques nouveautés lorsqu'on compare à leur précédent rejeton, dont le chant de CHIRONI, assisté par un vocodeur sur deux titres.

L'album débute avec la suite instrumentale « Shuttle A440hz et Shuttle A442hz », présentant un jazz particulier, un jazz de claviéristes, jouant sur les polyrythmies, et menée par la performance de plusieurs claviers aux sons simples, une basse très vintage, et une mélodie enjouée et lumineuse, projetant ainsi une certaine sensation d'humour, justement par l'usage de notes enfantines, de canevas répétitifs et d'imbrications stylistiques variées, dont un passage rock bien pêchu.

« Kosmos », magnifique titre instrumental hyper accessible et léger, quoique dense au niveau composition se montre tout ce qu'il y a de plus agréable avec ses sons surannés d'orgue et de piano. La suivante, « Bingo Vegas », s’élance sur un air mélancolique jusqu'à ce qu'intervienne CHIRONI, livrant une prestation vocale un peu loufoque, en mode jazz rock qui passe en mode psychédélique. Dans un style carrément différent, plus fusion funk, « Ozone » déploie une polyrythmie saccadée, très axée sur les percussions pendant près de 4 minutes, et cela peut finir par agacer, et ce fut mon cas. Le solo de clavier qui suite sauve la donne; on y retrouve même quelques touches subtiles de bossa nova. Mais, sur la longueur, est-ce plaisant? Le doute m'habite. « Rockambolaction » se montre beaucoup plus intéressante avec un funk fusion plus percutant et incisif, faisant le plein de contrastes, entre lumières et courtes zones d'ombre. Si vous êtes amateur du groupe « London Underground », ce titre vous plaira sûrement. Quant à « Nebula », le titre enchante sur des ambiances ensoleillées au rythme de la bossa nova. Une belle surprise qui montre la diversité délivrée et embrassée par le trio. Pour compléter « Pianeta 9 », étrangement disparate par son style très années 80, qui détonne carrément par rapport aux autres titres, sonnant plus comme une chanson populaire commerciale italienne un peu kitsch. Possiblement un exercice de style rétro pour faire sourire la galerie, mais il se trouve sauvé in extremis par le petit pianotage et les effets de violon mélancoliques de la finale.

Pas si mal cet album en fait, car il contient son lot de surprises, fruit de l'inventivité malicieuse de ses protagonistes, offrant des compositions complexes bien présentées dans un ensemble qui se tient. Si vous le laissez jouer en boucles, il pourra certainement vous atteindre car les mélodies sont généralement mémorables, pour des petits bonheurs assurés qui éclateront comme du pop-corn. Il faut juste laisser chauffer la platine. Cela coule dans l'oreille malgré quelques passages sur « Ozone » qui peuvent irriter. Mais globalement, l'énergie positive transmise par ce trio, devrait être prescrite à tous dans la période difficile que nous vivons. Titre préféré : « Kosmos ». Bonne découverte.

    1. Shuttle A440hz (7:07)
    2. Shuttle A442hz (4:24)
    3. Kosmos (5:46)
    4. Bingo Vegas (6:48)
    5. Ozone Planet (7:10)
    6. Rockambolaction (6:56)
    7. Nebula (5:56)
    8. Pianeta 9 (4:35)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Giuseppe CHIRONI - Vocals, Piano, Keyboards, Electronica
Gianluca COSSU - Percussion, KorgM1, Electric Bass
Alessandro MASALA - Drums

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020