CHRONIQUE / REVIEW

Melting Clock

Destinazioni

Releases information

Release date:

October 31, 2019

Format:

Digital, CD, Vinyl

Label:

From:

Black Widow Records

Italie / Italy

Philippe André - January 2020

9,4

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Il y avait longtemps ! Un nouvogroupitalien ! Originaire de GENES, une fois de plus devrait-on dire tant il est vrai que la capitale de la Ligurie est un remarquable vivier pour le rock progressif (LA COSCIENZA DI ZENO/TRAMA/IL TEMPIO DELLE CLESSIDRE et bien d'autres). Les prémices du groupe remontent à l'année 2001 quand les frères AMADEI fréquentaient l'université genoise pour leurs études et ils forment donc la base de MELTING CLOCK, Sandro en tant que claviériste et chanteur secondaire et Stefano en tant que guitariste principal, Alessandro Bosca à la guitare basse et Francesco FIORITO faisant eux aussi partie de la mouture originale ; le second guitariste Simone CAFFE et la chanteuse Emanuela VEDANA ont tant qu’à eux intégré le groupe il y a peu de temps.

Avant de développer cette oeuvre titre par titre, nous ne pouvons pas passer sous silence la qualité essentielle du chant tenu par Emanuela VEDANA, il est tout bonnement sublime et fait penser à celui de Chiara GIRONI, titulaire du poste chez MAGNOLIA, la formation romaine auteure de deux excellents disques en 2012 et 2017. Le titre d'ouverture "Caleidoscopio" s'avère l'un des plus énergiques, avec des guitares mises en avant en rythmique comme en soliste, la paire basse/batterie assure également tout en finesse, les sons sont clairs et déliés, un beau solo d'orgue dans le dernier tiers du morceau comme pour nous rassurer qu'il y a bien des claviers dans MELTING CLOCK, un superbe morceau de progressif symphonique (9/10). "Banalmente" qui suit, possède une introduction calme piano/voix, un titre chanté à deux voix par Emanuela VEDANA et Sandro AMADEI, le titre où le piano est vraiment roi, rejoint dans les quatre-vingt-dix dernières secondes par les six cordes, un titre un peu court à mon gout qui aurait demandé un développement plus conséquent (8/10). On enchaine sans temps mort avec "Vetro" servi par les vocalises opératiques et aériennes d'Emanuela, avec un plaisant travail de percussions "world" de Francesco FIORITO à mi morceau, là encore et au risque de se répéter c'est superbe, sept minutes de pur bonheur musical dans un registre un peu différent du reste de l'album (9/10).

Viennent ensuite deux des pièces à la fois les plus courtes et les plus calmes de ce "Destinazioni", ce qui ne veut pas dire pour autant qu'elles n'ont pas leur place sur l'album ! Prenons les donc comme une respiration avant d'entamer les montagnes que vont constituer les pièces proposées par la suite. "Strado Affolatte" repose sur la douce voix d'Emanuela avec un tapis acoustique de piano et de guitare (9/10) tandis que "L'Occhio Dello Sciacallo" est plus organique et par là même, beaucoup moins progressif et plus chanson (7/10). Arrive le premier épisode de ce que je nommerai la seconde moitié de l'Oeuvre avec "Antarès" chanté à deux voix, un mid tempo relativement sage qui met en valeur les percussions et les claviers, bien servis par la voix opératique d'Emanuela VEDANA, la quatre cordes et les six cordes ne s'expriment qu'à partir de la cinquième minute sans en faire des tonnes, juste ce qu'il fait pour développer la pièce, brillamment jusqu'à son terme, avec une conclusion comme je le signale parfois, trop abrupte à mon gout (9/10). On enchaine avec "Sono Luce", avec son piano cristallin et sa guitare ultra lyrique, bien accompagnés par la paire rythmique qui mitraille un peu par moments, un titre vocalisé seulement au-delà de la quatrième minute mais superbement...comme tout l'album (10/10). L'avant dernière pièce "Quello Che Rimane" porte bien son nom ("Ce qui reste" en français) est juste vocalisé avec claviers et tambours particulièrement mis en valeur (8/10).

Nos amis transalpins ont gardé le meilleur pour la fin avec le morceau titre "Destinazioni' et ses presque quinze minutes, qui débute comme un titre de métal progressif avec force guitares (que l'on retrouvera aux alentours de la sixième minute) avant que ces dernières se fassent plus mélodiques et soyeuses et que ne s'élève les divins vocaux d'Emanuela qui emporte ce morceau très haut, vers le firmament de la musique progressive (10/10).

La conclusion qui s'impose pour votre serviteur en dehors de la richesse de ce "Destinazioni", même si cela peut paraitre évident, est que les formations italiennes qui chantent dans leur langue maternelle sont d'un autre tonneau et d'une qualité globale supérieure à celles qui utilisent la langue de SHAKESPEARE (à condition que le chant soit de bon niveau !)....Aie pitié, pas sur la tête.

    1. Caleidoscopio (8:22)
    2. Banalmente (5:16)
    3. Vetro (7:10)
    4. Strade Affollate (4:57)
    5. L`Occhio Dello Sciacallo (2:51)
    6. Antares (7:39)
    7. Sono Luce (6:40)
    8. Quello Che Rimane (3:21)
    9. Destinazioni (14:59)

    Bonus track (Lp only): Alla Corte del Re Cremisi 16:06

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Emanuela Vedana: Lead and backing vocals
Sandro Amadei: Keyboards and vocals
Simone Caffè: Guitars
Stefano Amadei: Guitars
Alessandro Bosca: Bass guitar
Francesco Fiorito: Drums

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020