CHRONIQUE / REVIEW

M-Opus

Origins

Releases information

Release date:

January 31, 2020

Format:

Digital, CD

Label:

From:

Rude Chord Recordings

Irelande / Ireland

Philippe André - February 2020

8,4

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Voici un album qui va immanquablement faire parler et ce pour plusieurs raisons ; tout d'abord par sa durée, M-OPUS nous propose une oeuvre double de plus de cent trente-six minutes, un peu à l'image de SHAMALL il y a quelques semaines. Cet album intitulé "Origins" est conceptuel mais pas que, car il emprunte aussi le chemin cinématique et théâtralisé avec de très (trop ?) nombreuses interventions parlées ou récitées faisant références au septième art et donc au théâtre (une dizaine d'intervenants posent leurs voix sur le disque), il est donc, comme je le fais régulièrement, impossible ou presque de détailler les vingt-huit morceaux un par un.

La musique commence, nous tendons nos esgourdes pour entendre des extraits des premières missions spatiales, GAGARINE, APOLLO, VOYAGER. La musique continue et nous passons aux «clips» des futures missions, des futures stations spatiales, En 2187, la nouvelle superpuissance est une énergie fluide, c'est le baptême du feu de la première téléportation humaine...Nous avons donc le début de l'histoire, maintenant il faut que chaque auditeur de cet 'Origins" prenne le temps, beaucoup de temps pour comprendre où Jonathan CASEY veut nous emmener, il faut lire avant d'écouter sous peine de se perdre rapidement dans les méandres spacio temporelles de ce roman musical. Si je ne vous en dis pas plus, c'est parce que le manifeste comprend pas moins de trente-neuf feuillets, lecture, musique, lecture, musique...

Parmi les pièces marquantes, citons dans l'ordre du disque "Overture" grandement symphonique avec voix off waterssiennes à l'appui, les conversations téléphoniques des trois pièces suivantes renforçant l'analogie avec ce bon Roger. "A Perfect Day For Flight" est lui aussi pleinement symphonique avec un coté beatlessien, augmenté de claviers délurés, parfois frappés et bien soutenus par les remarquables tambours de Mark GRIST, une des plus belles pièces sur l'ensemble de ce double album. "Mr Mac Kee" est porté par un excellent solo de six cordes avec un chant féminin plein et lyrique tandis que "Find My Way Back Home" est soutenu par une basse ronflante bien mise en avant, donnant à cette pièce un p....n de son d'enfer et un chant facilement mémorisable. Le résumé de la première demi-heure est plus que satisfaisant. Nous avons ensuite une nouvelle ode à ce brave Roger W avec "Mystery At The Ministry" superbement bien chanté avec des guitares très lyriques comme le sera le délicat et aéré "Waiting To Be", un oasis de détente dans ce puissant et complexe "Origins". Pour clôturer le premier cd, nous avons le long, presque huit minutes, "2048 Numbers", plus floydien que ça tu meurs, parsemé de touches claviéristiques chatoyantes jusqu'à son mitan, puis plus nerveux sous le feu des six cordes et d'une rythmique en béton où se met encore une fois en valeur Mark GRIST.

Le second disque sera plus musical et moins théâtral ce qui plaira probablement plus à l'amateur de rock progressif pur ? L'on retiendra de cette seconde partie le mid tempo "Troubled Minds" qui balance bien avec un motif de guitare en parfaite adéquation, un morceau plaisant ; le symphonique "Holy War" évoque réellement un départ en croisade, excellemment agencé, un peu trop court à mon gout, dommage ; nous avons aussi l'hyper waterssien (encore) "Violet Alone" et enfin le magnum opus "Infinite Within" et ses presque vingt-quatre minutes, grand et grandiose du début à la fin, magnifiquement chanté, des tonnes et des tonnes de claviers en nappes, des trilles de guitares percussives en veux-tu en voilà, un guitare basse flamboyante, quelques effluves orientales déci delà, des bidouillages électro symphoniques à foison, si vous ne deviez garder qu'un seul souvenir d"Origins", aucune hésitation n'est permise, prenez celui-ci.

"Origins" est donc une oeuvre extrêmement complexe que vous devrez écouter et écouter encore et encore pour en tirer la quintessence auditive voulue , une oeuvre très musicale et un peu théâtrale comme évoquée auparavant qui constitue un bel hommage à toutes les périodes de la musique progressive des cinq dernières décennies.

    CD1
    1. Overture (3:44)
    2. Accidents Will Happen (3:21)
    3. Please Don't Let Me Go (3:26)
    4. Can't Blame Me (3:20)
    5. A Perfect Day For Flight (6:40)
    6. Mr. McKee (5:05)
    7. Find My Way Back Home (6:26)
    8. Krown On The Coastline (4:47)
    9. Welcome To White Rose (0:45)
    10. Mystery At The Ministry (4:41)
    11. Midnight On The White Rose (4:23)
    12. Complete The Machine (2:21)
    13. Waiting To Be (4:59)
    14. Labyrinth (4:31)
    15. Armed Gods (2:14)
    16. At The Lab (3:30)
    17. Never Giving Up On Your Love (3:07)
    18. 2048 Numbers (7:46)

    CD2
    19. Emergency Exit (2:25)
    20. Troubled Minds (6:03)
    21. Hide And Seek (5:29)
    22. Holy War (3:05)
    23. Empty Shells (5:00)
    24. Fireworks (2:20)
    25. The Big Swindle (4:34)
    26. Violet Alone (4:49)
    27. Don't You Want To Feel My Heart (4:11)
    28. Infinite Within (23:47)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

- Jonathan Casey: Vocals, voice actor, keyboards, bass, guitar, composer, arranger, producer
- Colin Sullivan: Guitar, narration
- Mark Grist: Drums, vocals

With:
- Danny McCormack: Vocals
- Sandi Jane Hyland: Vocals
- Eoghan McLaughlin: Vocals, voice actor
- Stella Bass: Vocals, voice actor
- Tomoko Okamoto: Voice actor
- Ron Garner: Voice actor
- Tamara Markus: Voice actor
- Charlie Kranz: Voice actor
- Graeme Singleton: Voice actor
- Sharon Mannion: Voice actor
- Danny Kehoe: Voice actor
- Conor McGouran: Guitar (11)
- Anto Drennan: Guitar (18)
- Michael Buckley: Flute (23)

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020