CHRONIQUE / REVIEW

Legacy Pilots

Aviation

Releases information

Release date:

July 23, 2020

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Laterne Records

Allemagne / Germany

Alain Massard - September 2020

9,3

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

LEGACY PILOTS sort ici son 2e album. LEGACY PILOTS avec aux commandes Frank US peut faire aussi concept ou side-project ou progressive rock-project en amenant ici quelques pointures qu’on est obligé de citer dès le début: Pete TREWAVAS, Marco MINNEMANN, Jordan RUDESS, Steve MORSE ou bien encore John MITCHELL. Il avait composé auparavant de la musique pour des jingles et des entreprises privées et se permet ici de revenir à son influence majeure qu’est le rock progressif. Un album hommage de fait mais pas qu’au vu des invités qui ont eu quartier libre sur leurs parties propres; un album qui ne demande qu’à être décortiqué après plusieurs écoutes libres, oui les vacances c’est aussi changer un peu les habitudes.

« The Squad Is Back » débute par un instrumental symphonique et aérien, ça tombe bien vu la pochette, oui ça m’arrive de vouloir être spirituel, bref une intro animée, punchy et presque dansante avec la part belle aux synthés, une exploration spatiale qui peut rappeler certains développements prog de TOTO ou de MANFRED MANN, une intro remarquable de sensibilité, à écouter! « A Different League » est donc le 1er titre chanté par Jake, le synthé pêchu est ici tenu par Jordan de DREAM THEATER et ça se sent, ça dépote grave comme j’aime, ça monte en crescendo, ça sent bon le prog années 80’s en plus énergique. « Dreamers » suit avec un titre tirant vers le pop-rock là, un peu d’ALAN PARSONS par l’intonation, titre qui possède son break musical à mi-parcours agrémenté de choeurs, retour au thème central par un piano évanescent, ballade qui flirte avec TOTO encore selon moi. « Innocent » et quelques notes cristallines pour l’entame suit dans la même veine avec un titre pop limite soul, intimiste et avec des sonorités jazz-prog ici; c’est doux, sirupeux, ça dénote avec l’entrée qui laissait envisager du lourd, une ballade douce « Wide Wide World » je l’annonce direct, vaut par la place laissée à John autant à la voix qu’à la guitare, timbre de voix par instant qui me fait toujours penser à celle de l’Archange durant les couplets; le refrain clair, épuré pour passer dans une radio nationale (oui j’imagine encore que le monde va se réveiller et se mettre enfin à écouter de la bonne musique!); bon ça sent plus le LONELY ROBOT que l’ARENA ici pour info et le solo de guitare rapide tient bien la route.

« Fear Pt. One (Proximity and Distance) » vient là proposer un son plus recherché avec un crescendo évoluant et par la voix et par les instruments, rythme lourd, pesant, presque agressif, intéressant en fait, petit plus pour le solo de guitare qui rajoute dans l’instrumentation. « Fear Pt Two (Hope and Failure) » suit mais pas enchaîné, petite déception de courte durée car morceau instrumental basé sur les percussions de Marco en avant et des synthés aériens remplissant les enceintes, rythmique un peu sicilienne, puis air de James BOND, en moins de 5 minutes vous en avez pour vos oreilles, c’est exactement le morceau que j’adore et que je peux mettre en replay toute une après-midi car c’est estampillé prog-music ça!
« Saccadian Rhythms » attaque la fin de l’album avec un air à la guitare acoustique, titre basique avec voix et choeur, piano qui laisse place à la guitare quelques instants, comptine qui avance, synthés à la BANKS pour un titre un peu passe partout. « Immortal » déboule alors avec LE titre de l’album, la basse reconnaissable de Pete, une intro qui en impose, j’y reconnais un peu une d’ANGE voire de Phil COLLINS en solo, bon je vous laisse chercher là, et n’hésitez pas à me dire laquelle vous avez retenu, une batterie avec toujours Marco aux fûts et un air enjoué, digression génésisienne vers les 3’30’’avec arrivée de la voix presque au milieu du titre, qui en impose alternant douceur et envolées; à noter la voix de sa fille dessus; final avec un solo de synthés qui ravira encore les fans de Tony BANKS, bref, écoutez et savourez, ma meilleure tout simplement. « To The Stars » avec son piano épuré puis sa guitare acoustique emmène sur une ballade comme pour se ressourcer, se remettre du titre précédent, un titre tout en douceur à la limite du slow même. « An Adventurous Journey » et le dernier titre, reprise de « Fear Pt Two » au départ, acoustique épuré puis montée en deux temps, à 1’15’’ on rentre dans l’œuvre intemporelle, épique comme on aime à dire; titre lui aussi instrumental mais rempli, un déluge de séquences musicales faisant honneur à nombre de groupes majeurs de l’ère progressive, un morceau qui innove dans l’expérimentation et la composition du rock avec des tiroirs variés sur une trame commune, un must qui risque de vous donner envie de la réécouter de suite, ce que j’ai fait présentement, un signe qu’il y a beaucoup de matière progressive musicale dedans.

LEGACY PILOTS a frappé un grand coup ici en proposant des ballades pop-rock assez convenues mélangées à d’autres titres remarquables, de véritables perles progressives, titres rock sophistiqués, œuvres épiques-progressives où l’accent est mis avant tout sur la composition plutôt que sur le déluge de notes. Un album concept brassant le soft avec des ballades et l’épique avec des envolées majestueuses et magistrales, rappelez-vous de cet album qui va faire parler.

    1. The Squad Is Back (6:05)
    2. A Different League (4:36)
    3. Dreamers (6:03)
    4. Innocent (5:06)
    5. Wide Wide World (5:19)
    6. Fear Part One - Proximity and Distance (4:25)
    7. Fear Part Two - Hope and Failure (4:27)
    8. Saccadian Rhythms (4:38)
    9. Immortal (10:18)
    10. To the Stars (4:37)
    11. An Adventurous Journey (8:35)

    Total Time 64:09

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

- Frank Us: Keyboards, guitars, bass, percussion, vocals, composer & producer

With:
- Todd Sucherman: Drums
- Marco Minnemann: Drums
- Pete Trewavas: Bass
- Lars Slowak: Bass
- John Mitchell: Guitar
- Jake Livgren: Lead vocals
- Finally George: Bass, backing vocals
- Steve Morse: Guitar
- Jordan Rudess: Keyboards

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020