CHRONIQUE / REVIEW

Karfagen

Birds Of Passage

Releases information

Release date:

January 3, 2020

Format:

Digital, CD

Label:

From:

Caerllysi

Ukraine

Alain Massard - March 2020

8,9

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

KARFAGEN est le groupe du prolifique et multi-instrumentiste Antony KALUGIN qui a aussi travaillé sur HOGGWASH. Cet album sort à peine un an après le très remarqué « Echoes From Within Dragon Island », CD immense de par son ingéniosité. Ici, Antony reprend une histoire de Henry Wadsworth et de William Blake pour une histoire sonore lorgnant sur YES, GENESIS rien que pour les sonorités des synthés. Un peu de CAMEL encore et du TRANSATLANTIC, du ROINE STOLT, un peu de QUIDAM du départ, une touche même de PENDRAGON pour les envolées et aussi des MOODY BLUES me sont venue à l’oreille. Plus que tout, c’est l’immersion assurée pour 2 longues pistes à tiroirs suivies de 2 autres titres normaux et un extra dispo sur numérique. Bref, du vrai rock progressif symphonique comme on n’ose en rêver. De la musique avec encore nombre de musiciens dont le fabuleux Mathieu SPAETER. Des arrangements alambiqués, des mélanges de tous les groupes comme s’ils venaient en fait faire leur propre bœuf musical.

« Birds Of Passage p.1 » et ses cinq parties bien enchaînées (n’allez pas chercher les coupures, les 22 minutes passent d’une traite) entraîne l’auditeur sur une piste à la « Supper’s ready » que vous devrez décortiquer au fil des écoutes. Plus de voix que dans le CD précédent, mais aussi plus de moments soli avec les synthés et la guitare rythmique puis en solo. C’est gai, enjoué, mélodique et aussi un peu répétitif. C’est beau, complexe et aussi un peu sur joué, un peu trop prévisible; touche de MOODY BLUES, de TRANSATLANTIC et de GENESIS en avant, un peu des FLOWER KINGS, de CAMEL ensuite, des tiroirs folk, médiévaux, vintage surtout aussi, le véritable melting-pot de fait. Un seul élément, les montées des premières notes sont une invitation au voyage, ensuite ça part sans fausse note avec des breaks et autres transitions de façon limpide.

« Birds Of Passage p.2 » et son entrée bucolique, un rien sur le « Horizons » de qui vous savez, amène un monument avec mise en route sur des notes de YES revisitées, un peu sur l’air de « Machine Messiah », puis une explosion de notes symphoniques. Retour par du GENESIS plus récent, après la séparation d’avec GABRIEL, et ensuite l’air reprend avec un choeur incisif entrecoupé de soli de synthés et de guitares. Ça devient même rock pêchu par instants. Puis des breaks Olfieldiens surviennent (cloches et guitare de « Tubular Bells »), d’autres un peu jazzy, d’autres un peu sur les ambiances d’ENO même. Il y aussi des sonorités du grand KING CRIMSON, bref du fourre-tout bien organisé. Un passage presque hard donne aussi un peu plus de puissance à ce long titre. Tout se termine par une longue finale prévisible, un peu éthérée.

« Spring (Birds Delight) », l’un des 3 titres bonus, sur un air du zoulou blanc Johnny Clegg; c’est dansant, tribal. Le violon et surtout la guitare donne la mélodie pour une ambiance décontractée, avec des percussions et des voix bien ciblées, qui me rappellent un peu le MANFRED MANN’S EB de « Somewhere In Africa ». « Sunrise » part directement sur un son new-age avec un peu de « Sonnez Les Mâtines », de la flûte, une ambiance progressive, latente, de quoi reposer vos oreilles après les deux masters titres. À la limite du spleen aussi et un retour à des voix tribales plus celtes. Titre qui me rappelle un peu certains airs de « Plains Music » encore de MMEB. Enfin, seulement disponible sur version digitale, « Birds Short Introduction » vient ici reprendre l’air du premier titre, rien de plus finalement.

KARFAGEN avec son mentor Antony a relevé le défi de l’opus trop rapproché. Cet album est juste prodigieux, mêlant de près et de plus loin toutes les sonorités enregistrées dans notre inconscient musical. Cet album se démarque par l’utilisation de mélodies chantées. Cependant, il est à mon avis moins abouti que son prédécesseur dont je vous ai parlé en début de chronique. Bon, vous l’avez compris, un bémol au vu de la production grandiose de « Echoes From Within Dragon Island » que j’ai sous-coté finalement! Ah, les chroniqueurs ne sont plus ce qu’ils étaient, mais ça me permet de replonger dans « Echoes » à nouveau.

    1. Birds of Passage (Part 1): (22:40)
    - a) Your Grace
    - b) Against the Southern Sky
    - c) Sounds That Flow
    - d) Chanticleer
    - e) Tears from the Eyelids Start (Part 1)
    2. Birds of Passage (Part 2): (21:11)
    - a) Eternity's Sun Rise
    - b) Echoing Green
    - c) Showers from the Clouds of Summer
    - d) Tears from the Eyelids Start (Part 2)
    3. Spring (Birds Delight) (4:34)
    4. Sunrise (5:23)
    5. Birds (Short Introduction) (3:19) - not on CD

    Total Time: 57:07

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

- Antony Kalugin: Keyboards, vocals, percussion, composer & arranger, programming & mixing, co-producer
With:
- Tim Sobolev: Vocals
- Olha Rostovska : Vocals
- Mathieu Spaeter : Guitar
- Aleksandr Pavlov : Nylon guitar
- Maria Baranovska : Violin
- Alexandr Pastuchov : Bassoon
- Elena Kushniy : Flute
- Konstantin Ionenko : Bass
- Viktor Syrotin : Drums, percussion

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020