CHRONIQUE / REVIEW

Guppy Fish

The Fall Of Man

Releases information

Release date:

June 13, 2020

Format:

Digital

Label:

From:

Independent

Grèce / Greece

Alain Massard - August 2020

9,0

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

GUPPY FISH (pas le poisson tropical que tout le monde connaît!) est un groupe grec de rock prog alternatif proposant des atmosphères psyché; ils ont débuté en 2011 et sortent ici leur premier opus après un EP de 2014. Un son qui part sur les PORCUPINE TREE sombres du début et sur les sonorités de RIVERSIDE, un peu d’OSI et de SYLVIUM. De la musique innovante basée sur certains groupes phares, de la progression, des atmosphères singulières avec des mélodies innovantes, une rythmique d’assaut pour donner encore plus de caractère, voici à quoi vous pouvez vous attendre en écoutant ce premier bébé. Allons voir de plus près ce qu’il y a dans la couche.

« The Fall Of Man » part sur un tempo assez ralenti, une atmosphère sombre, presque dark, une voix envoûtante. De loin un peu des dérives mélancoliques du KLONE français en plus sombre et évolutif; bon le petit plus c’est l’intro un peu évanescente qui vous met sur le qui-vive et ce petit crescendo tout en finesse; du métal prog atmosphérique, je dirai même gothique par instant avec un riff incisif. « Easily Played » pour le titre le plus long, 7 minutes au compteur et RIVERSIDE en toile de fond, celui qui insiste sur la basse, les claviers, le riff répétitif et les ouvertures pures et cristallines de guitare jusqu’au solo final endiablé et bien travaillé; là je me retrouve plutôt avec Steve WILSON, petite touche de piano pour clôturer. « I Don't Like Your Face » et son intro space jusqu’à l’explosion lourde, fournie, ample des différents instruments, gros riff en avant, le clavier vintage qui en rajoute, un titre nerveux taillé pour la scène et mettre le feu; du bon gros rock à tiroirs, un peu d’ALICE IN CHAINS tiens. « Exposed » suit avec une autre intro comme je les aime, oui vous pensez de suite au PINK FLOYD, période psyché du tout début, partant on ne sait où mais dans une contrée mystérieuse; le son me ramène aux airs psyché et très british de PORCUPINE TREE avec une voix aérée et planante, des choeurs qui font frissonner un peu, la rythmique est lourde et distincte pour poser l’air, puis ça monte, ça part avec un très bon solo juteux qui rajoute encore dans l’atmosphère intrigante de ce band.

« Still Here » titre complexe avec à nouveau le clavier en avant, atmosphère toujours sombre mais aussi aérienne, le mélange des 70’s aux 90’s se fait ici de façon remarquable, laissant l’empreinte du groupe se faire naturellement; le grésillement kitsch du début à tomber, nouveau développement à tiroir dans la 2e partie du titre qui permet de partir rechercher les sons que d’autres groupes ont pu sortir à ce moment-là comme RIVERSIDE, solo de qualité avant un peu de folie du KING CRIMSON ici, mais pas que!

« Neverending Flow » arrive pour la 2e partie dans un style différent; clavier à la SPOCK’S BEARD ou à la Neal MORSE, voix éthérée comme sur « I Talk To The Wind », on est ici sur une superbe ballade avec un solo de guitare virevoltant, les choeurs oniriques en rajoutent, un peu de psychédélique encore comme sur les premiers PINK FLOYD ou CAMEL pour la mélodie et le titre qui vous donne envie de le remettre de suite. « Justify » pour le meilleur titre selon moi avec intro piano à la THERAPY? Ou à la Joe JACKSON, guitare qui te fait vibrer, voix douce et hypnotique, on sent que ça va monter calmement, ça le fait de façon majestueuse, ça ressemble ici à du GUPPY FISH qui réussit selon moi à imprimer ses sonorités dès leur premier album; atmosphère mélancolique bourrée de notes de fraîcheur. « Above The Sky Pt.1 » pour la mise en bouche et un titre instrumental dark-prog, un peu lugubre, sur une structure de « Thrak » latent, bon le prog n’est pas mort au moins! « Above The Sky Pt.2 » paysage sombre, éthéré, atmosphère prenante, lourde, air qui se construit doucement mais sûrement, une guitare cristalline puis un break hallucinant mi-bluesy, mi-jazzy qui envoie du lourd avant le retour à la rythmique du début. Petit bémol ici avec un refrain un peu long, presque irritant; ça ne fait rien, le final psyché, spatial, cristallin me fait oublier cela très vite.

GUPPY FISH a frappé très fort avec son premier album; point de redite ni de bricolage sur les sons des groupes précités mais bien une énergie créatrice après les avoir ingérés; de fait cet album permet de créer leur identité musicale propre et de donner une sonorité singulière à un genre qui fusionne de plus en plus ces derniers temps. Ici du rock prog psyché un peu dark et mélancolique concocté à une fraîcheur de notes. Bon, n’y allons pas par quatre chemins, c’est magnifique dans le genre.

    1. The Fall Of Man (5:16)
    2. Easily Played (7:32)
    3. I Don't Like Your Face (5:21)
    4. Exposed (6:26)
    5. Still Here (6:51)
    6. Neverending Flow (6:04)
    7. Justify (4:44)
    8. Above The Sky Pt.1 (3:01)
    9. Above The Sky Pt.2 (6:39)

    Total Time 51:54

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Manos Tzanoudakis: Vocals, Piano, Keyboards
Kostas Kokkalos: Guitars, Backing Vocals
Xenofon Tsantilas: Bass
Vaggelis Kardamitsis: Drums

Guest appearance: Kostas Ntokos:Bass on « I don't like your face » & « Above the Sky »

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020