CHRONIQUE / REVIEW

Great Wide Nothing

Hymns For Hungry Spirits, Vol 1

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

November 7, 2020

Format:

Digital, Vinyl

Label:

From:

Diggers Factory

USA

Mario Champagne - December 2020

9,0

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Il est rare que j'annonce aussi vite la couleur, mais il s'agit ici d'un excellent album savamment dosé en originalité et en authenticité. Sept titres différents mais faisant partie d'un tout cohérent, servis par une équipe très talentueuse. Sept titres portés par une voix unique qui, comme celle de Geddy LEE, clivera les auditeurs en deux camps. Ceux qui aime et ceux qui n'aime pas. Cela dit, faisons les présentations. Originaire d'Atlanta, ce trio composé de Daniel GRAHAM, le chanteur guitariste, de Dylan PORPER, le claviériste et de Jeff MATTHEWS, à la batterie, en est à son deuxième opus, qui fait suite à celui de 2019, « The View from Olympus » qui connut un très bon accueil de la critique. Un trio qui trouve ses influences dans les grands maîtres que sont PINK FLOYD, RUSH, KANSAS et E.L.P., mais qui trouve moyen malgré tout d'imprimer sa marque.

Résolument moderne dans l'introduction du premier titre, où les claviers atmosphériques devraient vous faire flotter en altitude avec une tournure musicale qui rappelle pour sa frénésie un peu du style de WOBBLER et qui suinte par la suite des effluves de RUSH. Un titre qui se déroule à fond la caisse. Pour ce qui est de la voix, lors de la première écoute, je dois avouer que je n'étais pas convaincu, mais je le suis devenu, avec la suite. Dans « Superhero », je me suis dit, « Geddy, Alex et Neil sortez de ces corps ! » Il n'y a rien de plus à dire ! Vous verrez ! Excellent titre dont la Sainte Trinité canadienne pourrait réclamer la paternité. Avec « Promised Land », les choses sérieuses commencent, car GRAHAM s'impose avec sa voix; le mimétisme s'estompe. Titre puissant et passionné, exécuté à une vitesse de dingue, et où les claviers, la basse et les percussions se déchaînent, dans un ballet cyclique à la sauce « Hard rock - Prog » métal.

Vient le titre éponyme, s'écoulant le long d'un ruisseau avec sa guitare bucolique. GRAHAM change encore de voix alors qu'il semble porter toute la misère du monde. Très bonne prestation vocale, sur un hymne qui prend une allure très classe, imposante et majestueuse! Claviers, tamtam et piano se joignent à cette voix qui se transforme encore et devient magistrale. On se croirait en présence d'un chanteur de la trempe de Rodger HOGDSON, et d'ailleurs la tournure musicale du titre pourrait rappeler SUPERTRAMP offrant un « Prog populaire » charmant et mélancolique. Très agréable ce titre, par la complexité du chemin parcouru, mais aussi par le ton et par la façon mélodieuse avec lesquelles ceci est livré.

Pour ma part, j'ai un gros faible pour « Stars Apart » avec ses jeux de bruitage au début, son crescendo puissant et pêchu, et la performance de GRAHAM au chant qui se bonifie encore. Depuis le début de cet album, la qualité monte d'un cran à chaque titre. J’ai adoré la mélodie totalement mémorable du début, où j'ai noté des similarités dans le style avec « Bruce HORNSBY and The Range » (période circa 1986). Cette mélodie, on la dirait très familière, comme si on l'avait toujours connue. Vers le milieu du titre, on est gratifié d’une section instrumentale grinçante et percutante, dotée d'un solo de clavier à la KALUGIN ou à la WAKEMAN, donnant un des meilleurs passages de cet album. Après tant d’émotions, on nous sert un petit piano délicat, avec la recette magique de la simplicité, du gars tout seul assied à son clavier, seul devant tous, nous laissant en apesanteur, et on reprend le train à haute vitesse. Sincèrement, celle-ci elle a joué en boucles chez moi. Après tant de virtuosité, la très courte « Vigil » s’insère naturellement comme suite logique. Dans le titre précédent, le piano et le chant brillaient par leurs seules présences. En fait, quand on y pense, on n'a pas besoin de grand-chose pour faire une bonne chanson. Un clavier, une voix, des textes inspirés livrés sur des rythmes plus lents avec une basse et des percussions puissantes résultant en une performance émouvante et poignante.

Pour conclure, que du bon également, avec le frémissement frénétique d'un piano anxieux, la basse bien inspirée de GRAHAM qui martèle pour appuyer un hymne, un cri, un appel à une mission, celle de « prendre soins des autres ». Grandiose et inspirante ! Les amateurs de piano seront ravis et le passage instrumental de la deuxième moitié du titre est digne des plus grands hymnes « hard-rock » des années 80. Avec autant de virtuosité, des arrangements qui sonnent « rétro », et cet incroyable chanteur qui offre une performance à fort transfert émotionnel, à la voix chaude, sincère et engagée, sur des textes intelligents, je ne peux que sincèrement vous recommandez d'y porter une attention particulière. Tous les titres proposés sont de haut niveau et variés dans leurs styles. Rien de compliqué à outrance. Une écoute attentive de ces chansons devrait leurs permettre d’ailleurs de vous toucher là où il faut ! Et une après l’autre, l’excitation et l’admiration devraient normalement s’incrémenter substantiellement. Titres préférés : « Starts Apart » et « Vigil » pour le chant, mais honnêtement, tous les titres présentés valent le coup! Bonne écoute !

    1. To Find the Light, Part One (6:04)
    2. Superhero (5:20)
    3. Promised Land (4:35)
    4. Hymn for a Hungry Spirit (4:30)
    5. Stars Apart (8:57)
    6. Vigil (3:30)
    7. The Best We Can Do Is Laugh (8:32)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Daniel GRAHAM - Bass, Guitars, Vocals
Dylan PORPER - Keyboards
Jeff MATTHEWS - Drums
Terrell McGOWEN - Trumpet
Noah SILLS - Saxophone
Sarah ROSE - Vocals
Susy I. REYES - Vocals