CHRONIQUE / REVIEW

Gazpacho

Fireworker

Releases information

Release date:

September 18, 2020

Format:

CD, Vinyl, Digital

Label:

From:

Apollon Records Prog

Norvège / Norway

Marc Thibeault - October 2020

10,0

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Voici le onzième album du groupe norvégien GAZPACHO. 'Fireworker' est un album-concept relatant le voyage intérieur d'une personne afin de découvrir et de tenter de détruire son 'Fireworker'; l'instinct ou subconscient qui grandit parallèlement à notre conscience. L a pièce qui consiste l'album dure plus de 52 minutes et est séparée en 5 chapitres mais doit être écouté d'un trait afin d'en apprécier son plein potentiel musical.

“ Space Cowboy” débute en puissance: rien de lourd ou de fort mais plus une musique très dénudée et un Jan-Henrik OHME au sommet de sa forme vocale. Il y a, vers les 5 minutes dans la pièce, une chorale Gospel qui intensifie pendant un court moment la pièce mais on retourne à l'atmosphère éthérée après 45 secondes de cet intermède. On remonte graduellement en intensité vers 06:50 dans la pièce et la chorale Gospel se fait entendre de nouveau mais avec un chant plus émouvant, plus agressif. Le tout se fait avec fluidité et on aime le résultat! On monte d'un cran avec un son plus rock mais qui n'enlève en rien à la beauté de la pièce. Le retour à un son plus éthéré se fait en passant par un petit extrait agréable d'électro. Puis M. OHME prend le contrôle en chantant de façons variées, rappelant parfois le style de chant de Steven WILSON. Ça se transforme soudainement pour un prog-rock lourd et intense, presque symphonique et pompeux, vers les 13 minutes dans la pièce et on a ici le bonheur d'entendre Henrik OHME jouer avec sa voix comme le fait M. Steve HOGARTH (MARILLION). Ça diminue ensuite en intensité avant de revenir au rythme normal de la pièce et le chant langoureux de M. OHME nous amène jusqu'à la chorale Gospel qui chante avec puissance. On revient nous jouer dans les émotions vers la 17e minute de la pièce avec une musique douce sur un rythme de base. Ça explose vers les 18:00 et ça devient très pompeux et enlevant avec la chorale Gospel qui nous remet ça avec intensité. Ouf! La doucereuse “Hourglass” nous amène en terrain connu de GAZPACHO mais avec l'ajout de la chorale Gospel et d'un très joli et triste duo violon/claviers. On se fait bercer jusqu'au bout de la pièce sans voir le temps passer.

“Fireworker” change la donne et le ton de l'album: plus rythmée, plus intense, plus agressive, la pièce représente le conflit ou le combat entre le protagoniste de l'album et son 'Fireworker'. Encore ici, on ressent les échanges de ton et d'émotion entre les deux entités mais il y a en plus un sentiment d'urgence dans la musique. Cette pièce détonne du reste de l'album par sa structure et son intensité. “Antique” est intense avec sa musique sombre et jolie à la fois, ce qui, avouons-le, est pas mal la marque de commerce du groupe que nous aimons! Encore ici, c'est le combat entre les deux entités qui est mis de l'avant mais étant plus comme une remise en question de chaque entité par l'autre. Les paroles ajoutent de l'intensité à la musique déjà assez puissante alors si vous avez la chance de pouvoir lire les paroles des chansons tout en écoutant l'album, ce sera peut-être un petit gain supplémentaire en appréciation des pièces. “Sapien” est presque 16 minutes d'un maelström d'émotions intenses avec des changements de rythmes, de styles et d'atmosphères générées par le groupe. On passe d'une aura musicale un peu noire et mystérieuse vers un prog rock mordant et subtil à la fois pour aller ensuite vers un bout plus éthéré imageant le rêve du protagoniste de l'album. Ça va ensuite d'un style à l'autre afin de représenter les émotions vécus dans le 'combat' avec justesse et finesse, à notre plus grand plaisir! On se rend finalement compte en lisant les paroles que le protagoniste croit avoir réussi à se débarrasser du 'Fireworker' alors que celui-ci se moque de lui et continue d'évoluer au côté de sa conscience!

“Fireworker” est un splendide album qui vaut la peine d'être écouté, que vous soyez fan de GAZPACHO ou non! Très émotive et enlevante, la musique un peu sombre vient nous chercher par les trippes et nous accroche jusqu'au bout de chaque chapitre/pièce et de l'album au complet! Tout est à la bonne place, les émotions sont sollicitées à leur pleine capacité, les oreilles se font accrocher en douceur par les subtilités dans la musique ou par les effets sonores. Mettez vos écouteurs afin de vivre à fond l'expérience! Chapeau!

    01. Space Cowboy (20:20)
    02. Hourglass (04:25)
    03. Fireworker (04:50)
    04. Antique (06:37)
    05. Sapien (15:51)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Thomas ANDERSEN – Keyboards, programming
Jan-Henrik OHME – Vocals
Jon-Arne VIBO – Guitars
Mikael KRØMER – Violin, additional guitars
Kristian “Fido” TORP – Bass
Robert JOHANSEN – Drums

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020