CHRONIQUE / REVIEW

Gavin Harrison & Antoine Fafard

Chemical Reactions

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

December 11, 2020

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Harmonic Heresy

Royaume-Uni / UK

François Bérubé - December 2020

9,0

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

J’avais très hâte d’écouter cet album!... J’aime beaucoup Gavin HARRISON et son jeu de batterie subtil, notamment avec Porcupine Tree pendant des années, mais aussi son apport à King Crimson et la couleur qu’il a rajouté aux trois derniers albums de The Pineapple Thief ces dernières années. Je ne connaissais pas beaucoup Antoine FAFARD, seulement de nom, je savais qu’il était un musicien québécois talentueux vivant maintenant en Angleterre et qu’il avait joué avec plusieurs musiciens de renommée internationale. Mes attentes étaient hautes et elles n’ont pas été déçues!

L’album est constitué de huit pièces, d’une durée entre quatre et dix minutes. Les six premières sont composées pour un quatuor à cordes (violons, alto, violoncelle), tandis que les deux dernières pièces sont composées pour un orchestre. À tous ces instruments s’y rajoutent la basse électrique inventive de Antoine FAFARD et la batterie colorée de Gavin HARRISON. C’est succulent! On a droit ici à un joyeux mélange de jazz fusion, de rock progressif et de musique de chambre ou orchestrale. On ne s’ennuie pas une seconde, c’est enlevant, rythmé, coloré. C’est du vrai progressif!

Les changements de rythmes sont abondants, on est surpris, emporté, certains passages sont plus mystérieux ou peuvent parfois faire penser à de la musique de films. La sixième pièce contient même un musicien invité prestigieux, Jerry GOODMAN, violoniste virtuose de Mahavishnu Orchestra, qui avait déjà collaboré à d’autres projets précédents de FAFARD. Les compositions sont riches, variées. En plus de la batterie, HARRISON joue aussi sur les cinq premières pièces du marimba. Instrument qui a tellement enrichi les textures sonores de l’excellent dernier album de The Pineapple Thief et de celui-ci, bien sûr! FAFARD, lui, joue de la basse électrique à 6 ou 8 cordes et de la basse fretless sur la dernière pièce. Il s’avère un excellent compositeur, surprenant, inventif!

La pièce d’ouverture « Transmutation Circle » donne le ton dès le départ et démontre bien la couleur du reste de l’album!... Les instruments à cordes tissent une ambiance rythmée sur lesquelles HARRISON et FAFARD peuvent se faire aller, interagir et nous surprendre. « Atonic Water » nous entraîne dans une dynamique un peu mystérieuse, tandis que « Pair Of A Perfect Four » et « Proto Mundi » dans une rythmique des plus progressive. La sixième pièce, « Singular Quartz », est un peu différente, la présence d’un musicien invité jouant du vibraphone et les violons acoustique et électrique de Jerry GOODMAN enrichissent encore les couleurs de l’instrumentation. De temps en temps, sur une pièce ou l’autre, FAFARD nous démontre ses prouesses par un solo de basse par-ci par-là, jazzé à souhait, toujours très inspiré. Chaque pièce est unique, il n’y a pas une pièce qui sort plus du lot je trouve, c’est un ensemble vraiment cohérent. Mais l’album est un crescendo vers les deux pièces finales orchestrales jouées par l’Orchestre Philarmonique de Janacek où tout explose pour la plus grande joie de nos oreilles!

Cet album m’a fait aussi un peu penser à un projet que le batteur de Änglagard et de All Traps On Earth : Erik HAMMARSTRÖM avait fait l’an dernier accompagné de trames sonores orchestrales synthétiques, j’en avais fait la chronique d’ailleurs. Mais ici, c’est beaucoup plus riche et organique! Ça sonne! Ça résonne! C’est moins scolaire, c’est vivant, on est réellement emporté! C’est vraiment un album riche, créatif, qui passera peut-être malheureusement inaperçu en cette fin d’année… mais amateurs de rock progressif instrumental de tout genre, ne vous privez pas de ce bijou!

    1. Transmutation Circle (5:06)
    2. Atonic Water (4:51)
    3. Vision Of A Lost Orbit (4:53)
    4. Pair Of A Perfect Four (5:23)
    5. Proto Mundi (10:43)
    6. Singular Quartz (4:55)
    7. Holding Back The Clock (5:54)
    8. Chemical Reactions (8:31)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Gavin Harrison (King Crimson, The Pineapple Thief ): Drums, Marimba
Antoine Fafard (Spaced Out): Electric Bass
With
Maria Grig: Violons, viola (1-5)
Jonathan Gerstner: Cello (1-5)
Avigail Arad: Cello (5)
Reinaldo Ocando: Marimba, vibraphone (6)
Jerry Goodman (Mahavishnu Orchestra) - Violin (6)
Janáček Philharmonic Orchestra, conducted by Anthony Armore (7, 8)