CHRONIQUE / REVIEW

Fernando Perdomo

Out to Sea 3

Releases information

Release date:

March 6, 2020

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Forward Motion Records

USA

Patrick Cossette - May 2020

9,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Âgé de seulement 39 ans, l’américain Fernando PERDOMO a pourtant une feuille de route très impressionnante. Il a été membre du groupe alternatif TRANSCENDENCE. Son CV contient une multitude de collaborations avec des dizaines d’artistes, tantôt comme musicien, tantôt comme producteur. Ses collaborations se font dans un style musical très diversifié et pas seulement prog. On n’a qu’à constater sa participation au plus récent album de l’artiste folk Linda PERHACS ainsi qu’à celui de Cait BRENNAN, une auteure-compositrice-interprète indie-rock. Il a également composé de nombreuses musiques pour des publicités. Et si on se rapproche du côté prog, il est surtout connu comme membre du groupe de Dave KERZNER. Preuve du talent éclectique de ce multi-instrumentiste producteur, le « LA Weekly » l’a nommé « La réponse milléniale à Todd RUNDGREN »; c’est tout dire!

Son horaire occupé ne l’a pas empêché de composer et de produire plusieurs albums solos. Dont le plus récent, « Out to Sea 3 » (sous-titré « The Storm »), qui fait l’objet de ma chronique d’aujourd’hui. Dernier d’une trilogie (après « Out to Sea » et « Out to Sea 2 » bien évidemment), il est considéré comme la suite logique des deux premiers. Je ne pourrai pas comparer ce bébé avec ses deux grands frères car je ne les ai pas entendus, mais je vous assure que je vais les écouter bientôt, car ce #3 est bien à mon goût. Si la magnifique pochette a été conçue par Paul WHITEHEAD (« Trespass », « Nursery Cryme », « Foxtrot », « Pawn Hearts », « Le Orme »), le reste de l’album est presque exclusivement le produit de PERDOMO. Il joue de tous les instruments (à l’exception des « brass birds » qui sont joués par Cyndi TRISSEL) et il a produit l’album.

« Out to Sea 3 » est un album instrumental. Je dois vous avouer que je ne suis généralement pas un grand amateur de ce type d’albums. Pour moi, le chant est important dans le prog, ne serait-ce que pour appuyer la performance musicale, ou pour apporter une mélodie que je peux fredonner. J’étais donc un peu sceptique lorsque j’ai lancé ma première écoute de cet album dans mes écouteurs. Mais j’ai été agréablement conquis. Je crois que la raison de mon appréciation très positive est que tout au long de cet album, la guitare parle; elle remplace en quelque sorte le chant! Elle est la vedette de cet album, qui est merveilleusement bien construit et interprété, et qui est composé de courtes pièces extrêmement mélodieuses de prog symphonique et de prog planant (et à plusieurs occasions de prog plus hard), pièces qui se marient toutes à merveille entre elles. On entend du CAMEL, du YES, du KING CRIMSON, du FLOYD, du HACKETT, mais avec une touche résolument moderne et bien léchée.

La première pièce, « Out to Sea 3 Theme », débute avec une douce guitare mélodieuse sur le bruit des vagues, accompagnée du son d’un carillon. On sent qu’on commence un voyage. Graduellement, la basse embarque, puis la batterie, et l’intensité augmente, avant de finir en douceur. Le ton est donné pour le reste de l’album. Sur « Wonder », une guitare et ambiance à la « Shine on you crazy diamond » nous accueille. C’est encore très mélodieux; c’est même je dirais très « floydieux » (mot-valise que je viens d’inventer, résultant de la fusion des mots « floyd » et « mélodieux »). Une pièce très intense qui se termine en cacophonie agréable à l’oreille. Sur « Cycles », la guitare parle, littéralement (vous devinerez que j’aime beaucoup cela!). Les notes sont jouées plus rapidement, ce qui nous permet d’entendre le côté technique du jeu de PERDOMO. Mais les notes ne sont pas juxtaposées seulement pour montrer qu’il sait jouer (ça je n’aime pas cela) : le tout demeure mélodieux et rempli d’émotions, la basse et la batterie complémentant le jeu de guitare de façon parfaite. Sur « The Storm », le calme est de retour. Comme si la tempête annoncée dans le sous-titre de l’album et dans le titre de cette pièce était déjà passée. Comme si on était à la plage en vacances. Ou peut-être est-ce plutôt le calme avant la tempête? En tout cas musicalement, la guitare acoustique de style gypsy flirte avec du Mike OLDFIELD, le tout agrémenté de « shakers » et autres percussions. On est vraiment bien sur cette plage.

« The Great Known » est légèrement jazzy, avec une touche CAMEL. « Frenzy » apporte un punch lourd, voire même agressif. La tempête, c’est ici. Une frénésie mentale à n’en pas douter, qui rappelle certains titres lourds de KING CRIMSON. « Tambourines of Malmo » contient quelques claviers, toujours discrets comme sur le reste de l’album d’ailleurs, mais apportant ici une belle touche. « The U.F.O. Club », excellent morceau punché, n’est pas sans rappeler YES. S’ensuit la forte et intense « Doom is Often Loud ». Oui, c’est « loud », comme le mentionne le titre de la pièce. Tiens, si on ajoute un « r » au mot « loud », on obtient « lourd » : le mot parfait pour décrire cette pièce. « The Crab » contient quant à elle des rythmes atypiques, ponctuée de moments à la HACKETT sur ses albums solos. Et on termine tout en douceur avec « Dawn », avec la guitare acoustique sur fond de carillon. « Dawn ». L’aube. Donc si on termine avec l’aube, on peut croire que toute l’histoire de l’album s’est potentiellement passée la nuit. Une nuit intense à n’en pas douter, pendant laquelle l’auditeur sera dans l’impossibilité de fermer l’œil, tellement cet album est tout sauf endormant…

Je conclurai sur ces mots: « Out to Sea 3 » est parfois simple, et parfois plus complexe mais tout en demeurant hyper-mélodieux. Sa production est impeccable, ce qui ne surprend pas étant donnée l’expérience de Fernando PERDOMO dans ce domaine. Tout au long de l’album, la guitare semble raconter une histoire. L’histoire de la mer, avec ses tempêtes inévitables, qui envahiront vos tympans de bonheur. Faites-vous plaisir, payez-vous ce voyage; un des seuls voyages encore permis dans ces temps de confinement.

    1. Out To Sea 3 Theme (2:45)
    2. Wonder (4:38)
    3. Cycles (3:30)
    4. The Storm (5:38)
    5. The Great Known (4:09)
    6. Frenzy (3:31)
    7. Tambourines of Malmo (4:10)
    8. The U.F.O. Club (2:48)
    9. Doom Is Often Loud (3:28)
    10. The Crab (2:58)
    11. Dawn (3:12)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Fernando Perdomo: All instruments
With:
Cyndi Trissel : Brass birds on tracks #1 and #11

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020