CHRONIQUE / REVIEW

Antony Kalugin

Marshmallow Moondust

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

October 10, 2020

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Caerllysi Music

Ukraine / Ukrain

Alain Massard - November 2020

9,3

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

ANTONY KALUGIN est le maître à penser de KARFAGEN. Il a aussi ses lettres de noblesse avec SUNCHILD et HOGGWASH; il a commencé à composer de la musique new age puis très rapidement une trame progressive est venue la supplanter; après un album en 2008, il livre ici un opus instrumental dans la lignée du dernier KARFAGEN avec des dérives et des circonvolutions de CAMEL et autre YES au départ, vite rejointes par du symphonique prog pur et dur. ANTONY KALUGIN est la seule personne à avoir participé à son album solo orchestral.

4 morceaux disponibles, 2 longs et 2 medleys sur les reprises des 2 titres majeurs, l’un pour s’aventurer longuement dans les contrées symphoniques, l’autre pour surfer lorsque le temps manque. Une plongée pour ces temps de plus en plus incertains infestés de virus patibulaires qui bouleversent l’économie musicale mondiale. Un album qui tourne en boucle chez moi tel un médicament.

« Marshmallow » possède un son typique aérien et céleste dès le départ, l’intro me rappelle cet instrumental diabolique d’ENCHANT( je vous laisse chercher c’est sur le 1er album!), puis ça part sur le meilleur KARFAGEN enjoué, fruité et mélodique; du CAMEL me vient de suite en tête comme base mais le plus important c’est l’enchaînement des différents instruments et la cohésion au niveau de leur programmation, le synthé et la batterie donnant la base, les guitare, basse tchèque soviétique, flûte et déclinaisons de claviers se chargeant de nous amener sur des images sonores musicales loin du tumulte actuel. Un peu de GENESIS pour le synthé bien entendu en vaguelettes. Une pièce majeure dans laquelle chacun de vous pourra s’engouffrer et voyager à sa guise.

« Moondust » part sur des contrées plus aérées, aériennes aussi puisque j’entends l’avion passer, cosmiques selon moi, passant d’un tiroir éclairé à un autre plus intimiste; certains sons rappellent le saxo de SUPERTRAMP lorsque le couplet s’arrêtait et partait sur une dérive musicale progressive merveilleuse; après un peu de flûte on entraperçoit Peter GABRIEL qui vous sort son solo d’archange; de la guitare chaleureuse en vrai (oui il joue de presque tout ce bougre de compositeur !) arrive à un moment et nous donne une autre direction encore, bref, morceau long, tiens quelques notes floydiennes, déconcertant, symphonique et majestueux, titre qui ravive le flambeau du prog tout court sans voix de plus; bon je reste moi aussi sans voix devant ce spoutnik.

« Marshmallow Medley » et « Moondust Medley » reprennent donc des parties des 2 symphonies, je vous laisse deviner où sont les parties supprimées et celles enchaînées, les voix viennent quelques instants s’intégrer avec les instruments, à avoir rien que pour le plaisir de se perdre dans ces circonvolutions resserrées.

ANTONY KALUGIN a (encore) réalisé une œuvre musicale majeure; de la chaleur, de l’ambiance, de l’émotion, de la créativité, des synthés plus ou moins mode vintage qui vont de temps en temps chercher très loin dans nos mémoires et nous empêcher de partir en mode Alzheimer; rien que le titre va vous replonger sur vos tendres années où vous mangiez, où vous vous goinfriez de ce bonbon légendaire en regardant la lune, à un moment où il faut bien conserver l’espoir, ce rayon de lumière musical nous faisant sortir des ténèbres virales. Une musique qui redéfinit le genre progressif pour ceux et celles qui ont perdu espoir, un must comme je l’espérais. Le son estampillé KALUGIN au sommet de son art.

    1. Marshmallow (20:20)
    2. Moondust (20:20)
    3. Marshmallow Medley (7:20)
    4.Moondust Medley (7:20)

    Total : 55’20’’

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Antony Kalugin (Karfagen, Sunchild, Hoggwash): All insruments, VSTi Korg Legacy, Gibson and more