CHRONIQUE / REVIEW

brighteye brison

v

Releases information

Release date: May 24, 2019

Format: Digital, CD

Label: Bad Elephant Music

From: Suede / Sweden

8,7

Alain Massard - May 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

BRIGHTEYE BRISON est un groupe suédois qui a été élevé sur des fondements PROG d’origines comme GENESIS, ELP, YES, GENTLE GIANT (dont j’ai toujours autant de mal à lire leur son de base malgré l’énergie musicale) et plus tard de MAGELLAN ou THE FLOWER KINGS. Il a aussi pris des influences de groupes plus nordiques comme ANEKDOTEN, LANDBERK et a pu initier lui-même des thèmes pour WOBBLER plus récemment. Dans ses titres souvent à tiroirs, on peut si on tend un peu l’oreille entendre des réminiscences de TOTO, ALAN PARSONS PROJECT, YOSO et même quelques accords basiques de chez l’éternel touche à tout JOE JACKSON. Ne pas oublier que l’un des musiciens a œuvré dans ANGLAGARD aussi. Autant dire qu’on part sur des sons complexes, sur des structures symphoniques épiques avec breaks, soubresauts musicaux, harmonies vocales et arrangements dithyrambiques, tout en gardant une trame fraîche de par ses retours de breaks bien disposés. Bref, BRIGHTEYE BRISON sort son 5e album intitulé « V »; c’est avec « stories » en 2006 que j’ai fait connaissance avec leur musique étant fan invétéré de GENESIS, mais ça on s’en moque, venons-en à ce que ce dernier opus a dans le ventre et ne vous dites pas « ça y est j’ai compris c’est un revival de YES GENESIS, c’est bon je vois où ça va me mener si je l’écoute », écoutez, non lisez! (svp !!!)

 

3 titres, 3 titres pour plus de 66 minutes de musique, alors installez-vous : 3, 2, 1 : « The Crest of Quarrel » démarre donc avec le titre le plus court, celui avec le son le plus récent à mon avis; ici les sonorités me rappellent plus MAGELLAN et la dernière époque du grand GENESIS avec les airs de « Duke » par exemple et du YES souvent décrié, celui d’après 76, moins long mais encore plus technique à mon sens. Sinon, on a affaire à un florilège de notes emmenant vers un univers prog par circonvolutions associant moments phrasés, musicaux puis les deux en même temps; c’est beau, intense, presque épique et la mélodie de fin à 11’35’’ vous rappellera un peu plus quel dinosaure les a mordus dans leur berceau! Pour « V » et ses 17 minutes, l’air d’intro flirte sur du YES époque « Owner of a Lonely Heart » puis la mise en route vers 1’35’’ vous fait rendre les armes; les sons se mélangent, on a même un riff limite hard, mais très rapidement vers les 4’ un break avec synthé d’orgue et d’accordéon venant soutenir un arpège de guitare attire l’oreille; les voix s’y mettent pour faire fondre le plus récalcitrant jusqu’au solo de guitare jouissif, l’orgue toujours en fond mettant la pression sur les souvenirs; puis un retour avec cette basse à la « Steppin’ out » de JOE JACKSON voire même de CHRIS SQUIRE fait partir ce titre vers des territoires austères enclins à la rêverie. Retour avec une partie phrasée presque trop conventionnelle et une excursion guitare puis montée vers des soli de synthé-piano. Un peu plus loin, c’est vers l’orgue de T. BANKS que l’on est amené avec des digressions presque jazzy par instants, pour amener encore plus loin au temps du proto-prog? Perso, cela me rappelle les ruptures de rythme sur « 90125 » évitant de ce fait les longs titres marque de fabrique du YES …  Yessien!!

 

« The Magician Chronicles-part II » ou la suite de l’avant dernier album pour juste 36 minutes de dédale musical, pour le titre le plus brut, le plus archaïque, le plus violent aussi ; pour une digression de notes amenant le néophyte à tomber des nues devant tellement d’innovation, pour celui qui les suit et les connaît juste un émerveillement de les voir composer et associer des sons avec des airs de mélodie des grands groupes précités!  … à 3’15’’ j’ai cru qu’ils allaient chanter « yes » comme sur un des albums de leur maître avéré. Bon, que dire si ce n’est que ce titre passe comme une lettre à la poste avec une succession de rythmes, d’airs assez différents les uns les autres et avec une voix reprenant le fil directeur pour éviter de trop se disperser. Il y a plein de sons plus ou moins entendus par mon oreille ce qui ajoute agréablement au fait d’être séduit et conquis. Notons quand même ce pied de nez vers les 9’30’’ au YES symphonique et l’air à 12’ rappelant nécessairement un peu « The Gates of Delirium », voire Roine STOLT à ce moment précis, retransformé façon BRIGHEYE BRISON et son break onirique; il y a même du « Supper’s Ready » un peu plus loin, c’est dire que les oreilles en prennent pour leurs enclumes et autres marteaux! Il y a aussi des airs grandiloquents, festifs, un peu médiévaux qui iraient bien aussi pour une Bande Originale de Film! Vers les 25 minutes un autre climat tendu à l’orgue qui fait fondre encore, des fois que l’on soit resté de marbre. Et pour enfoncer le clou (et pas l’enclume si vous avez suivi), un peu plus loin je vous laisserai attendre le piano de 24’50’’ qui vous entraîne à l’aiguillage de l’orgue de 25’10’ pour un moment ambiance cathédrale-spleen. La voix reprend puis à nouveau des airs un peu manouches puis bien jazz, l’association des guitares venant bousculer la place donnée à l’orgue. Hop! Et vers 32 minutes, encore l’air de « Steppin’ out » (oui je suis tombé dedans petit et oui je l’aime bien!!) pour recalibrer ce titre et partir vers une finale plus rock avec sa guitare en avant et des chœurs puissants. Ca y est, c’est fini!

 

Bon, que dire de ce CD immense? Ah oui, excellent pour décalaminer les enceintes; pour se faire une petite régression pas trop longue sur les 70s version orgue hammond, spleen, tristesse joyeuse, allez un oxymore par-là!! Pour le reste, attention, du son il y en a, c’est très bon mais il me manque perso un petit plus pour amener ce groupe au plus haut plan. En fait je trouve cet opus très bon, intégrant au mieux les groupes d’origine sans redite non plus, mais il me manque un peu de création pure.

 

PISTES / TRACKS

 

1. The Crest Of Quarrel (12:31)

2. V (17:28)

3. The Magician Chronicles - Part II (36:52)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Linus Kåse : Keys, sax, vocals
Per Hallman : Keys, vocals
Kristofer Eng Radjabi : Bass, taurus, vocals
Johan Öijen : Guitars
Erik Hammarström : Drums

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019