CHRONIQUE / REVIEW

ANDREA TICH E LE STRANE CANZONI

parlero' dentro te

Releases information

Release date: September 21, 2018

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: M.P. & Records

From: Italie / Italy

7,7

Alain Massard - October 2018

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

ANDREA TICH a des origines cosmopolites, italiennes, allemandes, hongroises et britanniques, donc et c’est un réel raccourci, il s’est imprégné de différents courants musicaux, surtout avant-gardistes et projets de musiques de films. Personnellement, il a sorti un premier album en 78 et celui-ci est son 8e, sans compter ses diverses collaborations. Au niveau groupes références, j’ai eu du mal à sortir des noms du fait de la multitude de sons, d’airs et de rythmes qu’il a pu sortir tout au long de l’album. Cependant, les instruments lorgnent un peu trop vers les 80’s, voire les 70’s avec de sons planants, électroniques et psychédéliques.

 

« Dichiarato » débute l’album par une chanson avec voix réverbérée et guitare acoustique, un superbe refrain et une guitare électrique de toute beauté, le plus beau solo pour moi ! Le 2e tombe presque de façon opposée sur un son pop synthé presque irritatif, peut être dû en partie à mon aversion de la voix !? La 3e vous amène sur des traces à la DEAD CAN DANCE au moins pour les sonorités du départ, en tout cas c’est plus pop, monolithique, presque méditatif et à nouveau une belle finale de guitare aérienne. « La mia pace la tua guerra » est aussi de la même trempe mais avec une guitare plus incisive, plus psyché, donnant un alternatif prog intéressante avec saxo et sax en fin de parcours. « I Sensi » ne m’a pas retenue, trop pop et son trop usité! Heureusement, « Psichedelicapire » redonne un peu de tonus avec intro travaillée, et après le moment phrasé, des envolées de saxo et de guitare, puis de violon donnant une touche PROG inédite et singulière; attention, le saxo est presque jazzy par instants! Repos avec la ballade de l’album toujours avec voix en écho, voix féminine et un harmonica (oui un harmonica mais pas celui de l’homme de qui vous savez!!) ! « Parlero’ dentro te » comme le titre de l’album a un air reggae bluffant, mais très rapidement une guitare incisive limite stridente par instants vient rappeler les sonorités du compositeur; c’est assez doux quand même et cette accumulation d’airs, de genres tous différents les uns les autres commence à perturber mon écoute axé sur la recherche PROG trop éclaté ici! Le 9e titre, avec voix féminine à nouveau, adoucit un peu le phrasé, ce titre est sur une base mélancolique dénotant avec ce qu’on a pu entendre précédemment et le saxo vient en rajouter une couche. L’avant dernier, plus pop synthé planant permet de redevenir un peu méditatif et perplexe quant à la composition et à la suite de tous ces morceaux et ce n’est pas le saxo qui va nous contredire nous entraînant encore vers des sons différents et aussi à nouveau usités! « Eclisse » termine l’album en déboussolant encore plus l’auditeur : on a des sonorités électroniques, puis limites nipponnes, puis complétement synthétiques, juste assez pour enfoncer le clou ou vous terrasser. Si vous aimez encore KRAFTWERK, vous serez servi!

 

Bref, vous aurez compris que la neutralité ne peut être de mise sur cet album, où vous aurez du mal à déchiffrer les liens, où vous aurez du mal à trouver la continuité des différents titres! La voix aussi peut irriter et vous sortir de l’ambiance de l’album. A vouloir faire bien car je suis sur qu’il avait cette intention, ce CD part trop dans tous les sens et perd quelque part aussi sa trame progressive. C’est un peu dommage car j’avais un bon préjugé en sachant l’apport de Mr ZUFFANTI.

PISTES / TRACKS

 

1 – Dichiarato (4:40)

2 – Otto comandamenti (3:43)

3 – Sulle cose (4:42)

4 – La mia pace la tua guerra (6:32)

5 – I sensi (4:33)

6 – Psichedelicapire (5:43)

7 – Piu' vero di me (3:52)

8 – Parlero' dentro te (5:15) (*Not present on the LP)

9 – Dove vai senza me (5:07)

10 – Denti smaglianti (3:35)

11 – Eclisse (1°/2°/3°) (7:50)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Andrea Tich: voices / guitars

Claudio Panarello: drums / percussions / electronics

Francesco Lombardo: electric bass

Daniele Cavallanti: tenor saxophone (04-10)

Salvo Tempio: tenor saxophone (06-09)

Nuccio Garilli: soprano saxophone (06)

Agostino Macor: moog synthesizer (02)

Diego Pascal Panarello - marranzani (11)

Fabio Zuffanti: electric bass (06)

Giovanni Di Mauro: electric violin (06)

Sonia Mazziotta: voice (07-09)

Piergiorgio Pardo: voice (06)

Ruben Camillas: voice soprano (11)

Zagor Camillas: intent of intent

Zadi Haras: percussion (08-11)

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019