CHRONIQUE / REVIEW

anaid

i have a dream

Releases information

Release date: April 1, 2019

Format: Digital, CD

Label: Auto-Production / Self-Released

From: France

8,3

Richard Hawey - December 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Tout d’abord, un court rappel des origines d’ANAÏD. Elles remontent au début des années 80 où Jean-Max DELVA (batterie, percussions), Emmanuelle LIONET (chant) et Christophe DELVALLÉ (claviers, piano) forment ANAÏD. Le trio se produit dans une série de spectacles qui s’étale jusqu’en 1983, cela jusqu’au moment où le groupe accueille deux nouveaux membres, le guitariste Patrice MEYER et le claviériste Patrick MORGENTHALER. D’autres apparitions à différents festivals où ANAÏD côtoie quelques grands noms comme Hugh Hopper (basse, ex Soft Machine), Phil Miller (guitare, Hartfied and the North), Elton Dean (saxophone, ex Soft Machine) et Pip Pye (batteur, ex-Gong). Les influences viennent, comme vous l’aurez deviné en voyant les noms mentionnés plus tôt, du Canterbury et mais aussi du Zeulh. ANAÏD nous dévoilait sur « Libertad » une équipe légèrement modifiée avec l’arrivée du talentueux Alexis DELVA aux guitares. Autre changement sur « I Have a Dream », le claviériste Ludivic MÉTAYER est parti, c’est maintenant Damien THEBAUD qui occupe cette position. Une des caractéristiques intéressantes du groupe est le chant interprété par Emmanuelle LIONET, il est sans texte, totalement inventé malgré tout il vous atteindra directement au cœur.

 

L’album nous offre tout un programme, alors débutons avec « White Nature » qui nous propose une harmonie de notes célestes accompagnée par la voix magique d’Emmanuelle. Le changement de rythme qui s’effectue-nous apporte quelques influences à la Soft Machine et encore une fois le chant d’Emmanuelle est à la fois délicat et déchirant. La pièce titre est une introduction émouvante puis, tout doucement, nous nous retrouvons dans le tourbillon de ce rêve désiré avec la puissance de la voix et de sa rythmique endiablée. Sur « Ikebana », nous sommes témoins d’une recherche sonore aux effluves asiatiques. Le style est plutôt léger et joyeux, soutenu par la voix extrêmement malléable d’Emmanuelle et la présence des percussions. « Sweet Memories » est une reprise d’une chanson composée par Robert WYATT et Hugh HOPPER. À l’écoute de la performance vocale de cette chanson, on pourrait croire qu’ils l’ont écrite pour elle, sublime! Elle est suivie de la pièce « Imbaké » aux influences africaines, très rythmé et plus rock que les précédentes. ANAÏD nous transporte dans un autre registre avec « Migration ». Cette pièce se rapproche d’un style plus progressif et naturellement plus complexe. « Papaye » nous transporte totalement ailleurs, dans un style beaucoup plus léger, ce titre clos « I Have a Dream ».

 

Encore une fois ANAÏD me surprend agréablement. Oui il est vrai que j’ai eu besoin de quelques écoutes pour apprivoiser l’ensemble de cet album hors du commun, mais J’ai vécu le rêve d’ANAÏD et ça valait le coup. Tendez l’oreille pour voir!

 

PISTES / TRACKS

 

1 – White Nature (6 :18)

2 – I have a Dream (5 :55)

3 – Ikebana (5 :35)

4 – Sweet Mémories (6 :17)

5 – Imbaké (5 :54)

6 – Migration (7 :04)

7 – Papaye (5 :32)

8 - Bonus

Musiciens / MUSICIANS :

 

- Jean Max Delva / Drums, Percussion, Vibraphone
- Emmanuelle Delva-Lionet / Vocals, Keyboard
- Alexis Delva / Guitars
- Damien Thebaud / Bass, Keyboards

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019